A Month of French Authors/Un Mois d’Auteurs Français

Today for the letter Z, the last letter of the alphabet, I thought, “What the heck, I’ll do what I want!”

First, neither my partner nor myself could find any contemporary French female author. Then, even though I could have picked Florian Zeller, a young, brilliant, successful French author, I just couldn’t end such a challenge and not include the one and only Emile Zola.

 

There are many reasons why we become (or not) readers. Three years ago, I wrote about my childhood relationship with reading and ultimately with writing. It earned me the Freshly Pressed badge.

But if I could only list one author and one book that changed my world and hooked me for life to the world of words it would be Emile Zola and his novel Germinal. Which is the thirteenth volume in the series The Rougon-Macquard, his most renowned writing work.

In this fictional historical and sociological saga, Zola showcased a family living during the Second Empire. He gave flesh to the real historic and social events through authentic dialogues between characters that he chiseled from real people.

The French political activist, critic, and novelist is the founder of naturalism, a genre that grew in the late 19th century from realism. While realism focused on fact, logic, and impersonality over the imaginative, symbolic, and supernatural, Zola and his followers selected particular parts of reality: misery, corruption, vice, disease, poverty, prostitution, racism, and violence. They planted characters whose fates had been predetermined by forces of nature beyond human control.

Naturalism holds two conflicting views : Human behavior is the result of free will and yet also determined by natural laws.

Because naturalist writers don’t shy away from reality, as harsh as it can be, some scenes in Germinal are particularly graphic and frightened me when I read them under my blanket late at night, when my parents thought me asleep. However this raw depiction of the world matched my early understanding of the world, years before I could articulate my own thoughts. Kids and young teens perceive unfairness, inequality, and injustice even though they haven’t yet experienced their consequences.

I felt compassion for the characters who suffered most, anger against the ones who had everything, and jubilation when the poor won over the rich. My feelings are still so vivid so many years after I read Germinal and then each and every volume from the series. I will admit that a couple of books are not page turners and are even slightly boring. My husband who studied history, among other subjects, favors Balzac to Zola. But Nana, L’Assommoir or still La Bête Humaine kept me up for hours.

I couldn’t put down these books but I didn’t want them to end either. When I reach the end of a story that captivated me I will always feel the way I do on Sunday night or the day before back to school. I want these moments to last and last…

That’s what Zola gave me. The desire for more stories. Naturalist writers are often critized for their pessimistic views on the world. In fact, I would argue that their writing is a loud hopeful cry for a better world. For others. Some day.

Think of American writers John Steinbeck or Kate Chopin or still Jack London.

There is this game when someone asks you about the guests you would love to host around your table. My list changes over the years. But Zola has always been on it.

I would be so intimidated if I ever met him that I would not be able to say anything remotely smart. So I would more likely just thank him. For these unforgettable moments when I read his books. I was then only a girl, but these memories still give me the goosebumps when I evocate them, now that I’m living the autumn of my life.

My blogger friend Kimberly who lives in Italy wrote about her own experience as she read recently Germinal for the first time.

 

The Rougon-Macquard in the collection Bibliothèque de la Pléiade.

My husband surprised me with the series that he recently purchased from an American who didn’t read French.

 

J’aurais pu choisir le brillant Florian Zeller pour la lettre du jour, la dernière de notre alphabet.

Mais il m’était impossible de terminer ce challenge et d’omettre le grand Emile Zola.

Il y a trois ans maintenant j’ai écrit un billet sur mes premières expériences de lecture me donnant l’envie d’écrire aussi.

Mais si un écrivain et un roman m’ont à tout jamais rendue accro au monde des mots c’est Zola et son “Germinal.”

L’expérience de la lecture est personnelle puisqu’on lit le plus souvent seul. Comment expliquer alors que les sensations ressenties soient décrites si similairement par ceux et celles qui ne peuvent pas se passer de lire ?

Nous utilisons tous et toutes des descriptions identiques pour parler de ces moments où l’on oublie l’heure, le temps qu’il fait, y compris le boire et le manger.

Ce sont des heures de ma vie qui se sont écoulées alors que je dévorais les vingt volumes des Rougon-Macquard. Mon mari me rappelait l’autre jour que certains étaient moins passionnants que d’autres. Carrément ennuyeux, même a-t-il dit (en français plus explicite). Il a raison.

Mais qui, je vous le demande, a pu poser “Germinal” ou “Nana” ou encore “L’Assommoir” et “La Curée”?

Si vous lisez l’anglais je laisse un lien sur le billet d’une bloggeuse américaine qui vit en Italie avec sa famille. Elle a lu récemment “Germinal” et j’ai aimé retrouver à travers son expérience un peu de la mienne.

Quant à moi Zola restera le maitre du naturalisme, un genre parfois critiqué pour sa vision pessimiste du monde. En fait, je crois que les naturalistes (y compris John Steinbeck, Kate Chopin ou encore Jack London aux USA) ont écrit des livres empreints d’un espoir profond pour un monde meilleur.

Des années plus tard, j’adhère encore au credo de Zola.

Comme chaque jour pendant ce mois d’avril, j’ajoute des extraits de romans. Seulement de “Germinal” aujourd’hui ainsi que deux citations de l’auteur à propos de la création.

 

Extraits de “Germinal:”

“Des hommes poussaient, une armée noire, vengeresse, qui germait lentement dans les sillons, grandissant pour les récoltes du siècle futur, et dont la germination allait faire bientôt éclater la terre.”

“Devant le buffet ouvert, Catherine réfléchissait. Il ne restait qu’un bout de pain, du fromage blanc en suffisance, mais à peine une lichette de beurre ; et il s’agissait de faire les tartines pour eux quatre. Enfin, elle se décida, coupa les tranches, en prit une qu’elle couvrit de fromage, en frotta une autre de beurre, puis les colla ensemble : c’était « le briquet », la double tartine emportée chaque matin à la fosse. Bientôt, les quatre briquets furent en rang sur la table, répartis avec une sévère justice, depuis le gros du père jusqu’au petit de Jeanlin.”

“Les femmes avaient paru, près d’un millier de femmes, aux cheveux épars dépeignés par la course, aux guenilles montrant la peau nue, des nudités de femelles lasses d’enfanter des meurt-de-faim. Quelques-unes tenaient leur petit entre les bras, le soulevaient, l’agitaient, ainsi qu’un drapeau de deuil et de vengeance. D’autres, plus jeunes, avec des gorges gonflées de guerrières, brandissaient des bâtons ; tandis que les vieilles, affreuses, hurlaient si fort, que les cordes de leurs cous décharnés semblaient se rompre.”

“Était-ce possible qu’on se tua à une si dure besogne dans ces ténèbres mortelles, et qu’on y gagna même pas les quelques sous du pain quotidien?”

 

And two quotes from Zola himself :

“There are two men inside the artist, the poet and the craftsman. One is born a poet. One becomes a craftsman.”

“The artist is nothing without the gift, but the gift is nothing without work.”

 

Mexican Sage, as resilient as some of Zola’s characters

 

This post concludes the series of A Month of French Authors/Un Mois d’Auteurs Français from A to Z

Thank you so much for reading, for liking, and for commenting.

In a couple of days I will wrap up with a post-challenge post.

Meanwhile, bravo if you participated to the challenge and didn’t stop until the letter Z.

Again, thank you, everyone.

 

 

 

A Month of French Authors/Un Mois d’Auteurs Français

Late winter, when I jotted down my initial list of French authors I already knew that Marguerite Yourcenar would be my author for the letter Y.

On the French front, my partner was also doing her French-authors-list. Yourcenar was also her pick.

For obvious reasons : quickly we had realized that there weren’t that many last names starting with Y. In fact, back then we knew that Marguerite Yourcenar had a chance to go solo.

Then I started to draft my posts. My friend had sent me tons of links, tons of personal notes, tons of everything about these authors that we would follow from A to Z.  I read most of her material ahead of time. But it’s not until I prepared my post about Marguerite Yourcenar that I realized that we had written an almost exact sentence. Hers in French. Mine in English.

“C’est [Yourcenar]une maîtresse de la littérature, une somme de savoirs, je l’ai lue dans mes années lycée, durant lesquelles j’ai fait le plein de classiques avec beaucoup de plaisir.”

“She [Yourcenar] conquered my heart with Les Mémoires d’Hadrien, a novel I read in high school when I was in my phase “I need to read every book.” I remember thinking, “How can someone write like this? How can someone know so much?”

That’s the power of only a few books, I think, to leave the same impact on two women who grew up in two different parts of France and have never met.

 

Memoirs of Hadrian is an historical and philosophical novel, one of the few I never forgot. I will aways remember that the book took my breath away, left me quiet when the last page was turned. In awe. Told from the perspective of the dying Roman Emperor Hadrian to his cousin and successor the young Marcus Aurelius, the book explores the life of Hadrian but also the universal questions around humanity. Yourcenar must have read everything about Hadrian and the period of time to become the Emperor so seamlessly but also been an extraordinary observer of her fellow humans to write this tour de force of a book.

Memoirs of Hadrian, the third book from Yourcenar, gave her international visibility and recognition. In 1980, only seven years before she died she was elected to the prestigious Académie française, the first woman to break the glass ceiling.

One fact I didn’t know before I started this A to Z Challenge: Yourcenar died in Mont Desert Island, Maine where she and her lifelong partner Grace Frick had bought a house. In fact, Frick had urged Yourcenar to leave France in 1939, just before the turmoils of WWII. Yourcenar became an American Citizen in 1947. The two women stayed together until Frick’s death in 1979. Marguerite Yourcenar’s house in Maine is now a museum. The author is buried across the sound in Somesville.

Well, I just planned a summer field trip.

 

To honor Marguerite Yourcenar, all the photos for this blog post have been taken in Acadia National Park.

Marguerite Yourcenar c’est mon adolescence studieuse. Ces années de ma vie  les livres remplaçaient aisément les humains. J’étais dans mon trip “je veux lire tous les livres jamais écrits.”

Lorsque du front français ma compagne pour ce challenge m’envoyait ses suggestions d’auteurs et auteures, ses liens sur des sites français et sur son blog, je ne savais pas que ses mots à propos de Marguerite Yourcenar rencontreraient les miens. Exprimée dans deux langues différentes notre expérience, de si nombreuses années après avoir lu Yourcenar, était semblable.

“C’est [Yourcenar] une maîtresse de la littérature, une somme de savoirs, je l’ai lue dans mes années lycée, durant lesquelles j’ai fait le plein de classiques avec beaucoup de plaisir.”

“She [Yourcenar] conquered my heart with Les Mémoires d’Hadrien, a novel I read in high school when I was in my phase “I need to read every book.” I remember thinking, “How can someone write like this? How can someone know so much?”

Les Mémoires D’Hadrien, si vous n’avez pas lu le livre, sont racontées par l’empereur romain Hadrien qui de son lit de mort adresse une lettre au jeune Marc Aurèle, son cousin et éventuellement son successeur. Mon mari qui a aussi lu le livre m’a avoué s’être ennuyé (il a été un peu plus explicite en fait) alors que je me souviens avoir dévoré ce livre. Et pourtant mon mari adore l’histoire et a même un diplôme d’historien. Je me suis demandée si le style de Marguerite Yourcenar remuait plus les tripes des filles, même si elle s’est glissée sans effort apparent dans la peau d’un homme, pendant la réalisation de ce livre. Qu’en pensez-vous si vous l’avez lu?

Comme on apprend toujours quelque chose de neuf, j’ai découvert que Yourcenar avait quitté la France pour les Etats Unis en 1939, juste avant la seconde guerre mondiale répondant à l’invitation de son amie Grace Frick. Marguerite Yourcenar prendra d’ailleurs la nationalité américaine en 1947. Les deux femmes achetèrent ensemble une maison à Mount Desert Island, à deux pas du magnifique parc national d’Acadia dans le Maine et restèrent ensemble jusqu’à la mort de Grace Frick en 1979.

La maison est maintenant un musée et Yourcenar est enterrée tout près à Somesville.

Je sais déjà  je passerai une journée dès que je serai dans le Maine…

En l’honneur de Marguerite Yourcenar, j’illustre ce billet avec des photos prises à Acadia National Park.

 

Extrait de “Les Mémoires d’Hadrien:”

“Rien n’est plus lent que la véritable naissance d’un homme.”

“Peu d’hommes aiment longtemps le voyage, ce bris perpétuel de toutes les habitudes, cette secousse sans cesse donnée à tous les préjugés. Mais je travaillais à n’avoir nul préjugé et peu d’habitudes. J’appréciais la profondeur délicieuse des lits, mais aussi le contact et l’odeur de la terre nue, les inégalités de chaque segment de la circonférence du monde. « Notre grande erreur est d’essayer d’obtenir de chacun en particulier les vertus qu’il n’a pas, et de négliger de cultiver celles qu’il possède.”

Extrait des “Nouvelles Orientales:”

“Nous sommes tous incomplets, dit le Sage. Nous sommes tous partagés, fragments, ombres, fantômes sans consistance. Nous avons tous cru pleurer et cru jouir depuis des séquelles de siècles.”

“Et Marie s’en alla par le sentier qui ne menait nulle part, en femme à qui il importe peu que les chemins finissent, puisqu’elle sait le moyen de marcher dans le ciel.”

Extrait de “L’œuvre au Noir:”

“Vous autres poètes vous avez fait de l’amour une immense imposture : ce qui nous échoit semble toujours moins beau que ces rimes accolées comme deux bouches l’une sur l’autre.”

“Il est étrange que pour nos chrétiens les prétendus désordres de la chair constituent le mal par excellence. Personne ne punit avec rage et dégoût la brutalité, la sauvagerie, la barbarie, l’injustice.”

 

See you on Monday with the letter Z, the last one for the A to Z Challenge!

A lundi pour la lettre Z, la dernière de ce Challenge de A à Z!

Thank you for reading!

Merci de nous lire!

Enjoy the last stretch of the road if you participate to the A to Z Challenge!

Bientôt la ligne finale si vous participez au Challenge de A à Z!

A Month of French Authors/Un Mois d’Auteurs Français

The French author Françoise XENAKIS is going solo for the letter X

It’s good to have Xenakis alone as the auteure du jour. I still remember reading Zut, on a encore oublié Madame Freud in the 1980s. The book is not available in English, but its translated title would be something like, “Shoot, we’ve again forgotten Mrs. Freud.”

In this funny, impertinent book Xenakis focused her attention on the forgotten spouses of the most renowned male scientists, politicians, and artists.

Now in the US, we have so many books, especially for children, highlighting a forgotten female scientist, musician, artist, or writer. But in the 80s, Xenakis had written a modern book. Being a journalist by trade Xenakis wrote with wit and humor so this book is a fun yet instructive read.

I also remember reading with pleasure Mouche toi, Cléopâtre, her book about Cleopatra. Not a forgotten woman but one of the most unforgettable. No translation either for this book although the title would be funny in English too: Blow your nose, Cleopatra.

Françoise Xenakis spent her entire working life as a novelist and journalist. In the 1980s, she wrote a popular literary chronicle for the newspaper Le Matin de Paris. Since she was born in 1930, I don’t think she has written anything new lately.

Xenakis’ author page on Amazon can give you the list of her books, unfortunately only available in French.

If you enjoy music you may like to know that Xenakis is the widow of Iannis Xenakis, the music composer.

In the summer these branches will be my favorite parasol

Xenakis, on n’a pas vraiment besoin de la présenter, je me suis dit. Et puis j’ai réalisé que je l’avais lue dans les années 80, il y a un siècle de cela 🙂  Il est plus que vraisemblable que les jeunes français ne connaissent pas cette femme née en 1930.

J’avais bien aimé son livre  “Zut, on a encore oublié Madame Freud,” qui parle de façon humoristique et avec assez d’insolence des épouses de tous ces génies masculins que l’on encense dans la gloire alors qu’elles restaient dans l’ombre.

Maintenant aux Etats Unis on est entré dans une grande vague de livres pour enfants qui mettent en avant les femmes oubliées de l’histoire. Pas seulement de l’histoire américaine mais de partout à travers le monde. Qu’elles soient des artistes peintres, des musiciennes, des auteures, ou des femmes de science.

Xenakis était en quelque sorte une instigatrice de cette nouvelle vague. Je voulais dire “précurseuse” mais  “précurseur” ne semble pas avoir de forme féminine. Xenakis n’aimerait pas 🙂

En tous cas son style incisif et drôle, du à sa formation journalistique, rendent ses livres très engageants. Je me suis souvenue aussi de “Mouche toi, Cléopâtre” où pour une fois Xenakis ne parle pas de femmes oubliées de l’histoire mais de l’une des plus inoubliables femmes de notre histoire humaine.

 

Extrait de “Zut, on a encore oublié Madame Freud:”

“J’ai acheté ce matin un autre balai, j’ai bien noté, tu n’auras plus à me le redire, que le chuintement du balai de genêts te dérange. J’ai acheté un balai en poils de soie. Il se taira. Lui aussi.”

Extrait de “Désolée, mais ça ne se fait pas:”

“Le fiancé avait été conçu par une nuit de grand froid et forte pluie. Le whiskey ce soir-là devait manquer à la maison et le feu de tourbe être étouffé car, pour se réchauffer, l’homme et la femme O’Connor, transis de froid et d’humidité, avaient pourtant réussi à s’emboîter l’un dans l’autre, découvrant juste l’infime partie du corps nécessaire à chacun, et, rriv, le spermatozoïde avait bien peiné à forcer l’ovule. Sept mois plus tard était rrive Patrick O’Connor, le seul enfant de ce couple déjà usé, mais il était né chétif et de cette couleur blanc-bleu qui n’annonce rien de bon.”

Extrait de “Regarde, nos chemins se sont fermés:”

“Désormais, je suis devenue une mécanique rieuse et je fais rire les médecins, surpris d’abord, très vite beaucoup l’acceptent. Il n’y en eut qu’un à s’étonner, choqué, le rituel n’était pas respecté! Je ne le regardais pas comme le docteur, l’Herr Professor déifié dont on attend un mot, un seul, lui le détenteur de vie, il faisait partie de ceux qui aimaient que l’on murmure, yeux baissés, sa supplique, nous les manants ignares et faibles devant lui.”

 

See you tomorrow with letter Y!

A demain pour la lettre Y!

Thank you for reading!

Merci de nous lire!

Good luck if you participate to the A to Z Challenge!

Bonne chance si vous participez au Challenge de A à Z!

A Month of French Authors/Un Mois d’Auteurs Français

Two French authors for the letter W: Martin Winckler and Anne Wiazemsky

Plus Julie Wolkenstein for a small personal reason

 

Martin Winckler was born Martin Zaffran in Alger. At eight years old he returns to France with his parents. After finishing med school Martin Zaffran practices rural medicine from 1983 to 1993. In addition to being a physician he also wrote under his pen name Winckler.

Martin Winckler is an important contributor to the ongoing debate about health and health care in France. Several thousands of visitors visit his website and particularly the section contraception where he generously and honestly provides information. In his novels Winckler treats of anything related to humane health.

The Case of Dr. Sachs is the English translation of his French best seller La Maladie de Sachs.

His Amazon Author Page lists his numerous novels.

Spring hugging our Maine lake cabin

Martin Zaffran/Winckler est à la fois un médecin et un écrivain. Après avoir pratiqué la médecine rurale pendant dix ans il se consacre à l’écriture, tout en conservant un poste de médecin à mi temps. Il aborde dans ses romans la médecine et ce qui touche à la santé humaine.

Ma partenaire pour ce challenge m’a dit avoir beaucoup appris en écoutant Martin Winckler sur France Inter où de septembre 2002 à juillet 2003, il a préparé et lu chaque matin “Odyssée,” une chronique où il exprima franchement ses idées sur la médecine en France et la façon dont les séries télévisées sont diffusées par les chaînes françaises.

Son site personnel est une mine d’information sur la santé en France. La section “contraception et gynécologie” est visitée par plusieurs milliers de lecteurs et lectrices.

“La Maladie de Sachs” est son livre le plus connu du public. Il est d’ailleurs traduit en anglais.

 

Extrait de “La Maladie de Sachs:”

“Pendant dix ans d’études, j’ai appris à palper, manipuler, inciser, suturer, bander, plâtrer, ôter des corps étrangers à la pince, mettre le doigt ou enfiler des tuyaux dans tous les orifices possibles, piquer, perfuser, percuter, secouer, faire un “bon diagnostic”, donner des ordres aux infirmières, rédiger une observation dans les règles de l’art et faire quelques prescriptions, mais pendant toutes ces années, jamais on ne m’a appris à soulager la douleur, ou à éviter qu’elle n’apparaisse. Jamais on ne m’a dit que je pouvais m’asseoir au chevet d’un mourant et lui tenir la main, et lui parler.”

Extrait de “Le chœur des femmes:”

“Je me tourne vers la patiente et je m’ouvre à ses plaintes, à ses peurs, à ses pleurs, ses espoirs, ses désirs, ses échecs, ses plaisirs, je me fonds dans son air, son couplet, sa ballade, son chant solo montant du choeur des femmes.”

Extrait de “Abraham et fils:”

“Un jour, Luciane m’a demandé pourquoi souvent je ne disais rien.

Je n’ai pas su lui répondre à ce moment-là. À présent, je crois que je sais. Si je ne dis rien, c’est parce que je suis trop occupé à regarder, à écouter et à essayer de comprendre ce qu’on m’a dit. Tout le monde a des histoires à raconter. Et moi, je veux connaître toute l’histoire, alors j’écoute jusqu’au bout. Et une fois que c’est fini, je repasse l’histoire dans ma tête. Les mots ou les moments qui m’ont le plus impressionné, que j’ai le plus aimés.

Et puis, je regarde ceux qui racontent. Leurs yeux, leur bouche, leur visage, leurs mains. Je les regarde parce souvent leur corps dit autre chose que leurs mots. Ils disent oui en secouant la tête, ou parlent en regardant de l’autre côté. C’est comme s’ils racontaient deux histoires en même temps. Et souvent, je passe du temps à me demander si les deux histoires vont bien ensemble.”

 

Live from Maine. Little bud will become a leaf.

 

Anne Wiazemsky was a well-known actress before she became a writer. But writing was perhaps coded in her DNA, since Anne Wiazemsky is the grand-daughter of the illustrous French novelist François Mauriac. Although written in 1927 and 1932 Thérèse Deyqueroux and Le Nœud de Vipères, two of the many novels Mauriac wrote, were staple books in French schools when I was growing up. In fact, I read and studied both novels in middle school.

Many of Anne Wiazemsky’s books are biographies or autobiographies, inspired by her family background and her own life. Her mother is Mauriac’s daughter, and her father a diplomat born in a royal Russian family who left Russia after the Revolution.

As an actress, Anne Wiazemsky met the French film maker Jean-Luc Godard when she was still a teenager. Although twenty years stood between them they married and separated thirteeen years later. Wiazemsky wrote about their private and professional relationship in Une Année Studieuse et Un An Après.

Anne Wiazemsky also wrote about her challenging working relationship with Robert Bresson, another notorious French cineaste in her book Jeune Fille.

As an author, Anne Wiazemsky has earned a respectable reputation and several of her books have received awards. Among them the Grand Prix du roman de l’Académie française for Une poignée de gens, adapted to the movies with the author’s own screenplay.

Unless I wasn’t thorough, I only found one of her books translated in English. It is My Berlin Child that tells of her mother’s youth in war-torn Berlin. The movies that feature Anne Wiazemsky as an actress are, however, available with English subtitles. This link on Amazon lists several.

 

Still live from Maine. After snow melts, branches are found at the bottom of the lake.

 

Je n’ai pas la moindre idée de ce que c’est que d’être la fille ou la petite fille d’un auteur très connu. Est-ce un avantage ou un obstacle à devenir aussi un auteur?

Anne Wiazemsky, fille de Claire Mauriac, elle même la fille de François Mauriac, a d’abord été une actrice avant d’écrire. Elle dit que c’est un prêtre qui l’aurait encouragée à prendre la plume alors qu’elle vivait à Caracas (son père était un diplomate.)

En tant qu’actrice, son nom est associé à celui de Jean-Luc Godard, rencontré par hasard alors qu’elle n’avait pas encore vingt ans. Malgré les vingt années qui les séparent, ils se marieront rapidement après cette rencontre et resteront ensemble pendant treize ans.

Inspirés par la jeunesse de sa mère dans le Berlin déchiré de la guerre, ou encore par sa vie avec Godard, à la ville et à l’écran, la plupart des livres écrits par Anne Wiazemsky sont biographiques ou autobiographiques. 

Sa bibliographie complète est ici.

Extraits de “Jeune fille:”

“C’était le printemps et pour la première fois depuis deux ans, depuis la mort de mon père, je l’attendais avec impatience. Dans mon cahier de textes, j’avais recopié ces lignes extraites d’un roman de mon grand-père, François Mauriac: “Le bonheur, c’est être cerné de mille désirs, d’entendre autour de soi craquer les branches.” Si la première partie de cette définition m’était encore inconnue, je commençais à entrevoir la seconde : j’écoutais, j’entendais “autour de moi craquer les branches”. C’était diffus, nouveau, troublant. Cela surgissait sans raison, n’importe où.”

Extrait de “Mon enfant de Berlin:”

“Elle souhaite n’exister que par son travail depuis son entrée à la Croix-Rouge, un an et demi auparavant. Son courage moral et physique, son ardeur font l’admiration de ses chefs. Ses compagnes, parfois issues de milieux sociaux différents du sien, ont oublié qu’elle était la fille d’un écrivain célèbre, François Mauriac, et la considèrent comme l’une d’entre elles, rien de plus. Cela la rend heureuse. Elle aime ce qu’elle fait, la nécessité de vivre au jour le jour.”

Extrait de “Une poignée de gens:”

“Puis les sanglots et les larmes s’apaisèrent et l’étreinte des frères se relâcha. Micha recula pour s’essuyer le visage avec un pan de sa chemise. Brisé par le vin et l’émotion il avançait de biais, tel un ours. Nathalie, encore sous le choc de ces récits, lui tendait son mouchoir. Micha contempla avec curiosité le joli petit morceau de soie brodée aux initiales de sa belle-soeur et le lui rendit. C’est une nappe qu’il me faudrait, dit-il.”

 

And I am adding the name of Julie Wokenstein, only because she’s teaching comparative literature at the University of Caen where I also studied the same subject, before pursuing at the Sorbonne in Paris.

J’ajoute le nom de Julie Wokenstein, seulement parce qu’elle enseigne la littérature comparée à l’université de Caen où j’ai aussi étudié ce sujet, avant de continuer mes études de lettres à La Sorbonne.

 

 

See you tomorrow with letter X!

A demain pour la lettre X!

Thank you for reading!

Merci de nous lire!

Good luck if you participate to the A to Z Challenge!

Bonne chance si vous participez au Challenge de A à Z!

A Month of French Authors/Un Mois d’Auteurs Français

Today for the letter V the French authors Antonin Varenne and Fred Vargas

 

I’ve never met or even read Antonin Varenne, but he’s another one that my French partner saw at the Quai des Polars. The French author shared the stage with the most famous American crime fiction authors. My friend found Varenne « charmant et humble, impressionné de se trouver parmi ces baraques américaines. »

Roughly, she found him charming and humble and visibly intimidated to be seated among these huge big American names.

Based on the fact that Antonin Varenne’s first novel, published when he was thirty-three years old, brought him immediate attention and that he won the coveted Prix Quai du Polar in 2012 for his novel Le mur, le Kabyle et le marin, before he turned forty, he should have relaxed.

This award-winning novel is available in English. Only another one among his eleven novels is also available in English.

Interestingly, Varenne was discovered by the editor who publishes Fred Vargas, the female author for the lettre du jour.

His personal life is pretty interesting too. Born in Paris in 1973 he was only a few months old when his parents started to travel all over France and then aboard their sailing boat. Varenne didn’t return to France until he was twenty to attend the university.

After earning a master in philosophy he worked as a tower climber. This is the closest translation I could find to describe the job of these men who climb during the building of skyscrapers, bridges or on any other tall construction site. If you know the proper term, please keep me posted!

Antonin Varenne has worked in Toulouse, in Island, and Mexico before setting camp at the foot of the Appalachian mountains (No idea where exactly). In any case, this is surrounded by this American landscape that he started to write.

Back to France, married with a child, Antonin Varenne and his family settled in the Creuse where the author is now writing full time.

While browsing the Internet I read this sentence about Varenne’s novel Bed of Nails:

“[Varenne] expertly throws a bright light on a fashionable city’s [Paris] hideous hidden face.”

When I chose my topic for the challenge it was my desire to showcase younger French authors or at least some who depict a more real France, not only picture-like and preoccupied with food, wine, and perfume, and particularly a less sophisticated Paris. Believe me, Paris is not only beauty.

Looks like Varenne fills the need.

Climbing jasmine or a deliciously scented part of spring

Antonin Varenne me plait déjà avant de l’avoir lu. Mon amie française l’a entendu parler à l’un des Quais du Polar. Entouré des plus grandes pointures américaines de la littérature noire elle l’a trouvé charmant, humble et intimidé.

Et pourtant celui que l’éditrice de Fred Vargas repéra avec son premier manuscrit ne devrait pas se laisser impressionner. En effet dès la publication de son premier roman à l’âge de 33 ans Varenne n’a cessé de satisfaire son lectorat et d’impressionner la critique.

The Grand Prix du Polar 2012 l’a amené au niveau des plus grands. Et cela semble mérité, basé sur les citations de ses livres que j’ai découvertes sur Babelio notamment. J’ai particulièrement aimé les dialogues.

La vie personnelle de Varenne ressemble aussi à un roman. Pas nécessairement noir.

Agé de quelques mois seulement ses parents le font voyager aux quatre coins de la France avant d’explorer les mers et océans à bord d’un voilier. Varenne ne rentrera en France que pour poursuivre ses études universitaires. Après avoir obtenu une maitrise de philo il devient alpiniste du bâtiment et travaille à Toulouse, au Mexique et en Islande. Il se pose aux pieds des Appalaches où il travaille à son premier roman.

Je ne résiste pas à ajouter le lien pour la fameuse Appalachian Trail que je rêve de parcourir un jour. Elle débute en Georgie et la dernière section arrive dans le nord du Maine, section reconnue pour sa difficulté. Bill Bryson a écrit son hilarant mais aussi très profond livre A Walk in the Woods, basé sur sa propre expérience (partielle mais suffisante pour apprécier le challenge des Appalaches). En France, le livre s’appelle “Promenons-nous dans les bois”. Mais je m’égare… Revenons à Antonin Varenne.

Maintenant dans la Creuse avec sa femme américaine, leur enfant bilingue et un chien du Mexique, notre auteur du jour se consacre exclusivement à l’écriture.

Des photos et vidéos intéressantes sur Babelio.

Et puis, of course, quelques extraits de certains de ses romans.

Extraits de “Battues:”

“Les paysans savent à quelle vitesse leur trace s’efface. La terre est un outil de travail qui donne tant qu’on a la force de le faire. Il reconnaissait que les dégâts mécaniques risquaient de pourrir la vie, mais la nature (…) n’avait pas besoin qu’on la défende. Elle nous boufferait tout cru si on lui tournait le dos quelque temps.”

Extrait de “Trois mille chevaux vapeur:”

“A chaque fois que je regarde un feu, je me dis la même chose. Que les premiers souvenirs sont toujours des feux de camp entre gamins et que les vieillards, à la fin de leur vie, tirent des fauteuils devant les cheminées pour s’en rappeler.”

Extrait de “Le Mur, le Kabyle et le Marin:”

“[Il] lui avait tout expliqué. Que l’on n’échappe pas aux pièges que l’on pose derrière soi, qu’un jour ou l’autre, l’on revient sur ses pas pour y tomber. Que les situations peuvent manquer de sens mais jamais de logique, et que la logique manque d’imagination.”

Extrait de “Fakirs:”

“Avant même de discerner les tatouages sur le crâne rasé, le visage couvert de lignes tribales et percé d’anneaux, John avait reconnu Alan, aussi déplacé dans ce décor naturel qu’un ukulélé sur la banquise. A mesure qu’il s’était approché il l’avait entendu adresser des insultes aux arbres, aux chemins de terre qui dégueulassaient les chaussures et aux connards qui vivaient dans la forêt. Alan Mustgrave avait balancé un coup de pied dans une bassine, où trempaient les slips et les chaussettes de John.”

 

In the deliciously scented department, gardenias rank high

 

Fred Vargas was born Frédérique Audoin-Rouzeau in 1957. She’s the daughter of the French author Philippe Audoin and the twin sister of Jo Vargas, the painter. Both sisters took the same pseudonyme which refers to Maria Vargas, played by Ava Gardner in the movie The Barefoot Contessa. Fred Vargas has also a brother who is an historian, specialist of WWI. He’s the inspiration for the character Lucien Devernois in Vargas’ series The Three Evangelists. The third volume will be released later this summer.

Her Amazon Author Page is perfect with a succinct but still complete biography and of course the impressive list of novels she wrote, ALL translated in English.

And if you want to immerse yourself in some French TV, this YouTube video is a sample of the novels adapted to the screen.

 

 

Fred Vargas, de son vrai nom Frédérique Audoin-Rouzeau, est la fille de l’écrivain Philippe Audoin et d’une ingénieure chimiste. Son frère est l’historien Stéphane Audoin-Rouzeau et sa sœur jumelle la peintre Jo Vargas. Fred Vargas est titulaire d’un doctorat en histoire sur la peste au Moyen Âge. Elle travaille un temps comme chercheuse au CNRS, spécialiste d’archéozoologie. Elle travaille également sur des chantiers de fouilles archéologiques, notamment rue de Lutèce (face au Palais de Justice) à Paris et au monastère de La Charité-sur-Loire.

De la bouche de ma partenaire dans cette chasse au fil de l’alphabet, Vargas parvient à intégrer poésie et humour dans ses polars. Elle trouve le personnage d’Adamsberg particulièrement attachant, mais aussi les trois historiens rencontrés dans plusieurs de ses livres. Vargas occupe une place à part pour elle dans le paysage français du polar. Et elle a beaucoup aimé les adaptations télévisées de Josée Dayan pour certains de ses romans.

En tous cas c’est en regardant YouTube que je me suis dit que les livres de Vargas plairaient sans doute à mon mari.

Comme toujours, Babelio reste une source de données pour trouver biographie, bibliographie, mais aussi critiques et citations, et plus si vous y passez plus de temps.

Que pensez-vous des romans de Fred Vargas, l’une des auteures les plus vendues en France ?

 

Extraits de “Debout les morts:”

“La connerie militaire et l’immensité des flots sont les deux seules choses qui puissent donner une idée de l’infini.”

Extrait de “L’homme aux cercles bleus:”

“On naît et on crève, et au milieu on s’échine à perdre notre temps en faisant semblant de le gagner…”

Extrait de “Un lieu incertain:”

“Je rentre dans le droit chemin qui, comme tu le sais, n’existe pas et qui par ailleurs n’est pas droit.”

Extrait de “Pars vite et reviens tard:”

“- Qu’est-ce qu’il fait votre ami ? demanda Adamsberg.

– Son premier métier est d’irriter le monde mais ce n’est pas payé. Il exerce cette activité bénévolement.”

Extrait de “Dans les bois éternels:”

“-C’est compliqué les femmes, dit Robert, suivant toujours son idée.

-Mais c’est beau.

-C’est bien ce que je disais, souffla le vieux. Plus c’est beau plus c’est compliqué. On ne peut pas tout comprendre.”

 

 

See you tomorrow with letter W!

A demain pour la lettre W!

Thank you for reading!

Merci de nous lire!

Good luck if you participate to the A to Z Challenge!

Bonne chance si vous participez au Challenge de A à Z!

A Month of French Authors/Un Mois d’Auteurs Français.

Unless you suggest a contemporary French author or even better two, starting with the letter U, I will showcase the Parisian-based organization UNESCO instead. Without books and people who write them their mission would not be possible, anyway.

The mission of the United Nations Educational Scientific and Cultural Education has not changed since its creation in 1945:

“Building Peace in the Minds of Men and Women”

Because white still symbolizes peace

Still located on the Place de Fontenoy (#7) in Paris 7e the organization has now 195 member states and 10 associate members.

I borrowed their statement from their website:

“UNESCO is responsible for coordinating international cooperation in education, science, culture and communication. It strengthens the ties between nations and societies, and mobilizes the wider public so that each child and citizen:

  • has access to quality education; a basic human right and an indispensable prerequisite for sustainable development;
  • may grow and live in a cultural environment rich in diversity and dialogue, where heritage serves as a bridge between generations and peoples;
  • can fully benefit from scientific advances;
  • and can enjoy full freedom of expression; the basis of democracy, development and human dignity.

UNESCO’s messages are of increasing importance today, in a globalized world where interconnections and diversity must serve as opportunities to build peace in the minds of men and women.”

 

 

See you tomorrow with letter V

A demain pour la lettre V

Thank you for reading!

Merci de nous lire!

Good luck if you participate to the A to Z Challenge!

Bonne chance si vous participez au Challenge de A à Z!

A Month of French Authors/Un Mois d’Auteurs Français

Today for the letter T the French authors Jean Teulé and Maud Tabachnik

 

Jean Teulé is one of the most original voices in contemporary French literature. Unfortunately his Wikipedia page is only excellent in its French version. The bio on his Amazon page is way too short but includes at least his impressive bibliography.

Jean Teulé was born in 1953 in Saint-Lô, in Normandy, very close to where I grew up, before moving to the Parisian suburbs with his family.

One important fact that illustrates how one single person can change the course of someone else’s life. If it hadn’t been for his middle school art teacher who noticed his drawing skills, Teulé would have maybe been an auto mechanics. Nothing wrong with this field of work, but Teulé was meant to be an artist. This teacher gave him after-school private lessons, allowing him to enter an art school. After his studies, Teulé started to work as an illustrator. For eleven years, he wrote comics, most of the time solo (text and illustrations). His work was regularly praised, earning him many awards. Teulé turned then to TV before focusing exclusively on writing in 1990. A hardworker he produces a book a year.

Teulé is known as a pleasant man in life but he never shies away from sardonic writing. His last book Comme une respiration departs slightly from this typical writing style, even though some of the forty stories hold sarcastic elements too. As a writer I like to know how famous writers find the inspiration for their novels. If you understand French I encourage you to listen to Teulé’s own version or to read mine if you don’t 🙂

The collection was inspired first by the author’s home in Brittany where birds nest within the stonewalls every spring. The house turns then into a gigantic concert hall where birds sing all day long, offering a striking contrast with some of the harshest news of our world. Teulé had been asked to write a piece to celebrate the spring season and he thought that his nesting birds offered him a good starting point for such a story.

Then, shortly after, he witnessed a scene that redefined the book. While on a train, he saw a group of twenty-something men cat-calling a young woman about their age who was traveling alone. Quickly the men were acting crudely, and Teulé realized with fright that this young woman and himself were the only passengers in the car. He wondered what he should do. The guys were much younger than him and in very good physical shape. In the short video he admits that being a hero is not an easy task. But he also knew that if the girl happened to be in danger he had to intervene. The train finally reached Paris. The men followed the woman who was carrying a heavy suitcase. Teulé planned to keep watching on her. Right then one of the guys asked the girl if she wanted some help with her luggage. She accepted. When she reached the quay the guy put her suitcase down and went his own way with his pals. Teulé was as relieved as the young woman, I expect. In any case this story that had the potential for a not-happy ending but ended on a positive note convinced him to write about these true events in life that could end badly but instead turn positively. These ah moments that follow incidents where we hold our breath in fear are comparable to taking a breath. “Comme une respiration” in French means “like a breath” or “like taking a breath.”

The book Comme une respiration has been compared to one of my favorite books written by Philippe Delerm, also a collection of stories that explore the first experiences in life. The title in French is La Première Gorgée de Bière or the first sip of beer. I’ve literally swallowed this book, so I put Comme une respiration on my reading list.

Two more facts, more gossipy than anything, about Teulé:

The illustrous French sylist Jean-Paul Gaultier was his elementary school friend.

His current partner is the French actress Miou-Miou.

 

Taken late spring last year, somewhere between California and Maine

 

On a tous le souvenir d’un prof qui aura su voir en nous ce que nous pouvions devenir. Moi ce fut l’une de mes profs de français au collège. Pour Jean Teulé ce fut le prof de dessin en 3ème qui remarqua son talent naturel et lui donna des cours après la classe. On connait le reste de l’histoire du petit Teulé qui peut-être serait devenu mécanicien auto. Rien de mal avec cela, mais le monde de la BD aurait manqué un grand nom. Après dix ans de BD Teulé est passé à la télé, mais en 1990 il a définitivement choisi l’écriture. Ce grand bosseur pond un livre par an.

Mon amie l’a beaucoup lu, y compris son dernier livre, Comme une respiration, constitué de courtes histoires, grinçantes ou tendres, du vécu le plus souvent, que l’auteur lui a dédicacé à la foire de Brive. Voici une YouTube vidéo sur son dernier livre et une présentation sur Babelio.

Cette critique compare ce livre à celui de Delerm La Première Gorgée de Bière, un livre que j’ai vraiment adoré. Si vous ne l’avez pas lu, faites vous plaisir. Moi j’ajoute Comme une respiration à ma liste qui s’allonge dangereusement après chaque lettre de l’alphabet.

Deux biographies de Jean Teulé très complètes sur Wikipédia et Babelio. La page de son éditeur Julliard est bourrée d’information aussi.

 

Extrait de “Je, François Villon:”

“Dans mes yeux, l’éclair d’acier de ma malice infinie de poète-grimacier au-dessus de ma bouche déformée. Le seul auditoire qui m’intéresse vraiment est celui des marginaux.”

Extrait de “Mangez-le si vous voulez:”

“C’est la consternation dans tout le Périgord.

Hautefaye est dans un état de prostration et de catatonie. On se croirait un lendemain de cuite. Et la bonté du paysage alentour, au cœur, dit à chacun:

“Mais qu’avez-vous fait, hier? Qu’est-ce qui vous a pris?” Le village frémit encore, mal étonné par lui-même: “Mais qu’est-ce qui nous a pris?””

Extrait de “Rainbow pour Rimbaud:”

“J’étais seul et très bien comme ça, absent de tout contact. J’ai une répulsion pour le toucher. Enfant, j’ai jeté mon frère dans l’escalier parce que, pour me donner un bonbon, il avait mis sa main sur mon épaule.

Le mot “câlin” est le mot le plus horrible que je connaisse. Je n’aime les gens que dans les romans parce qu’ils n’existent pas. On n’a jamais à les toucher. La peau des êtres réels me révulse et me donne des haut-le-cœur. Moi, je suis intact.”

Extrait de “Comme une respiration:”

“C’est une maison qui chante. Au printemps, elle devient miraculeuse. J’en fais souvent le tour. Mésanges charbonnières, bleues, huppées, nonnettes… hirondelles, alouettes, rouges-gorges, tous ensemble se partagent joyeusement les murs de la demeure historique. Ça tire-lire là-dedans, turlute, carcaille. Ça siffle, pépie, zinzinule, dans toutes les langues d’oiseaux migrateurs ou endémiques. »

 

Petit bouton de rose deviendra grand

A qui sait attendre

Not easy to find two French authors every day. Besides, some letters are easier than others. Today Maud Tabachnik is a total unknown author for me. But my big helper from the other side of the pond has read lots of her thrillers, noir novels, crime fiction, and true crime. Not my favorite genre, even though my husband has read tons as well.

Maud Tabachnik was born in 1938 and she still writes. My friend saw her last year at the international Quais du Polar in Lyon.

Le cinquième jour, her most famous novel, is based on the real American serial killer Albert Fish. My French friend told me that it is a horrific novel. In my humble opinion, real life is sometimes so horrific that I don’t see the need for a novel to tell me again of the horror. I already know that I won’t read this book. Doesn’t change the fact that Maud Tabachnik is a French grande dame of the noir genre. Her novels, however, don’t seem to be translated in English.

 

Spring-green Flagler College, Saint Augustine, FL

 

Maud Tabachnik écrit du polar, du noir, des polars historiques. La page de son éditrice qui a publié une partie de son œuvre vous donnera sa bibliographie complète.

L’un  de ses romans les plus célèbres, mais aussi le plus horrible affirme ma camarade de lutte pour ce challenge vraiment challenging, est Le cinquième jour qui est écrit d’après l’histoire vraie d’un serial killer américain. Dont j’ai retrouvé le nom. Il s’agit de Albert Fish.

Je sais que je ne lirai pas ce livre. La violence contre les enfants m’effraie au plus haut point. De cette auteure je prendrais sans doute son livre La Mémoire du bourreau qui explique sans jamais la justifier la montée du nazisme et dénonce ses crimes contre l’humanité.

Avez-vou lu Maud Tabachnik?

 

Extrait de “Mauvais Frère:”

“Si mon père avait accepté j’aurais fait l’école de police. J’aurais défendu les innocents ; j’aurais poursuivi sans relâche les criminels. Je serais arrivé et j’aurais montré ma plaque dorée et les coupables auraient immédiatement compris qu’ils n’avaient aucune chance. La société doit se protéger.”

Extrait de “La mémoire du bourreau:”

“C’est mal foutu, la vie. Quand enfin on a les moyens et le temps de prendre du plaisir, on ne digère plus, on ne peut plus faire l’amour, on n’arrive plus à dormir, alors que toute sa vie on a rêvé de rester au lit le matin. Enfin, il n’y a pas d’autre moyen de demeurer en vie que de vieillir.”

Extrait “Le Tango des assassins:”

“Ce que je lis sur son visage à lui n’est pas le désarroi, mais une immense souffrance. Pas une souffrance vive qui vous cabre et vous fait réagir, mais une lassitude, un désespoir qui englue la vie et oblitère l’avenir.”

Extrait de “La mort quelque part:”

“On reste à parler un bon moment de nous et de ceux qu’on aime ou qu’on a aimés.

Des visages rôdent dans ma mémoire.

Autour de nous les gens se croisent sans se voir.

Les tables se vident et se remplissent d’ombres incertaines.

Les enfants s’amusent avec férocité comme s’ils pressentaient que ce temps d’innocence leur était compté.

Leurs parents traînent leurs valises remplies de vies déçues.

On joue tous à faire semblant.”

 

See you tomorrow with letter U!

A demain pour la lettre U!

Thank you for reading!

Merci de nous lire!

Good luck if you participate to the A to Z Challenge!

Bonne chance si vous participez au Challenge de A à Z!

A Month of French Authors/Un Mois d’Auteurs Français

Today for the letter S the French authors Romain Slocombe and Florence Seyvos

 

Back in November, Romain Slocombe almost won the prestigious Prix Goncourt awarded every year in France. If you read French I recommend the article published in Slate France. If you don’t read French, the reporter states that the Goncourt is not necessary attributed to the best novel of the year. It would be instead awarded to the book the most susceptible to reach a large readership. Not a bad goal, in fact. Thus, it could be an easy book, approachable in its forms and content or more likely a non-controversial book.

We could discuss for hours about the merits of literary awards in general and never reach an agreement. Based on my humble experience, I’ve read a few unforgettable novels that won the Goncourt (sometimes written by already established authors, sometimes not), but I also remember of a few winning novels that were a waste of my reading time.

So back to Slocombe and his critically acclaimed novel that almost won the Goncourt. Avis à mon Exécuteur tells of a Russian spy now admitting the murders and other crimes he committed before WWII while working for the People’s Commissariat of Internal Affairs (NKVD). The novel denounces the barbaric acts committed under Stalin’s regime as well as the cowardice of the western governments and of the French and American intellectuals who let themselves press-ganged into adopting the regime’s principles.

Slocombe is a very productive author who also writes for young readers. In fact, I selected one extract from one of his teens’ novels. Qui se souvient de Paula? is about a young French Jewish girl whose life is shattered when the Germans occupy France. Fifty years later, Paula’s boyfriend when they were teenagers, starts an investigation. What happened to Paula after the atrocious Raffle du Vel d’Hiv? The narrative alternates between different parts of Paula’s life, from the Occupation to the Vel d’Hiv, from her escape to the zone libre (south of the demarcation line where the Vichy government operated) to her arrest by the German police in 1943.  I couldn’t find an English translation for this novel.

Among other recurrent topics, Slocombe wrote regularly about WWII. I recommend his remarkable novel Monsieur le commandant, translated in English.

 

Not only people enjoy walking along a green path when spring is in the air

Romain Slocombe a frôlé le Goncourt deux fois. La plus récente est en 2016 pour son roman Avis à mon Exécuteur. Cet article paru dans Slate est intéressant car il décrit le processus d’attribution du Goncourt et pourquoi certains romans ne l’obtiennent pas. Dans le cas du dernier Goncourt le roman gagnant traitait d’un sujet similaire. Les Bienveillantes de Jonathan Littell raconte les confessions horrifiques d’un soldat allemand complètement devoué à la cause des Nazis. Ni ma partenaire pour ce challenge ni moi n’avons lu Avis à mon Exécuteur.

Par contre, j’ai lu il y a quelque années Qui se Souvient de Paula? son roman pour adolescents.

Ce roman en trois temps raconte la vie de Paula Karlinsky, une jeune fille juive sous l’Occupation, de sa fuite en zone libre après avoir échappé de justesse à la rafle du Vél d’Hiv jusqu’à son arrestation par la police allemande en janvier 1943. En juillet 1997, une annonce sur un site Internet lance un appel : qui se souvient de Paula Karlinsky ? Jacques, son petit ami de l’époque, part alors à sa recherche.

Cette chronique décrit très bien ce roman que je recommande aux parents d’adolescents qui s’intéressent à l’impact des décisions politiques d’un pays sur ses citoyens. Slocombe ne fait pas dans le sentiment et cette histoire basée sur des faits historiques tristement vrais ne peut laisser personne indifférent et inquiet aussi. Que cela n’arrive plus jamais.

Extrait de “Qui se souvient de Paula?”

“Et si… Et si le piège qu’elle redoute, le piège tendu par les Boches ou les policiers français aux Juifs remontant vers le nord, fonctionnait au départ et non à l’arrivée?”

Extrait de “Un été au Kansai:”

“Vous avez sûrement toujours entendu affirmer par toutes les religions, monsieur Kessler, qu’un jour viendra où toutes les misères de la vie auront cessé et où il ne restera que les joies et les plaisirs ; alors notre terre deviendra un paradis. Le marxisme lui aussi nous offre, dans un style différent, ce type de vision des lendemains heureux. Mais que la terre puisse devenir un paradis, cela je ne le crois pas. Cette terre restera toujours le monde qu’elle est actuellement. C’est une chose affreuse à dire, et pourtant je ne vois pas comment y échapper…”

Extrait de “Monsieur le commandant:”

“Le bruit circula que les Allemands avaient déjà franchi la Loire ; que beaucoup de ponts avaient été détruits pour retarder l’avance ennemie ; qu’à Nantes, au contraire, le Général Griveaud, commandant la 11e Région, avait refusé de faire sauter les ponts de la cité qu’il était chargé de défendre ; que toutes les agglomérations de plus de vingt mille habitants étaient déclarées villes ouvertes par le nouveau gouvernement ; que l’aviation italienne bombardait Orléans, Blois, Tours, Saumur, Angers. Les localités que nous traversions se pavoisaient de drapeaux blancs. A Craon, une soixantaine de kilomètres avant Angers, on nous apprit que la France était désormais séparée en deux zones, et que les Allemands nous interdiraient le passage de la ligne de démarcation. Notre fuite, les risques que nous avions courus, tout cela avait été vain. Il ne nous restait plus qu’à remonter vers Paris.”

Extrait de “Avis à mon exécuteur:”

“On peut dire sans exagérer que tout japonais vivant à l’étranger est un espion, et que tout citoyen allemand vivant à l’étranger est un agent de la Gestapo. Staline faisait le travail d’Hitler en exterminant les réfugiés antinazis.”

 

A garden in Miami where I attended a writing conference last spring

 

Florence Seyvos writes mostly for children and teenagers. My French friend has reviewed Garçon Incassable, her novel for adults on her blog. I haven’t read this book but read the English translation of the children’s book Pochée. Pockety is an extraordinary story about loss and love told from a tortoise’s perspective. Although the book is targeted to a young audience (9 to 12) any adult can benefit from it. It’s smart, moving, and the sense of humor is wonderful. A gem.

Florence Seyvos is also a screenplay writer. She wrote four movies available in English that have been well received and even won movie awards: Camille Redouble or Camille Rewinds, Faut que ça Dance or Let’s Dance, Les Sentiments or Feelings, La Vie ne Me Fait pas Peur or Life Doesn’t Scare Me.

 

 

Early spring in Yosemite National Park

Florence Seyvos est une femme très occupée. Elle écrit principalement pour enfants mais aussi pour adultes et ses scénarios ont donné naissance à quatre films remarqués par la critique et le public. Ils sont tous d’ailleurs disponibles en anglais.

Le seul livre d’elle que j’ai lu, illustré par le merveilleux Claude Ponti, est Pockety ou Pochée en francais. J’ai adoré le ton plein de tendresse, d’intelligence et d’humour que Seyvos a choisi pour parler de la mort et du deuil et de l’amour aussi. C’est un livre destiné aux 9-12 ans. Franchement il n’a pas d’âge limite.

La livrophage/lectrice en campagne, aussi ma partenaire extraordinaire pour ce mois d’avril, a beaucoup, beaucoup aimé le roman  pour adultes de Seyvos. Elle a chroniqué Garçon Incassable sur son blog.

 

Extrait de “Pochée:”

“Mon cher Pouce,

Je suis une tortue très gaie.

Peut-être que maintenant je ne pleurerai plus quand je penserai à toi, mais tu me manqueras toujours. Alors quand je serai vraiment triste, je ferais semblant de pleurer. Plus tard, j’espère que je t’oublierai un tout petit peu. Mais maintenant j’espère que je ne t’oublierai jamais.

Signé : Pochée”

Extrait de “Garçon incassable:”

“Henri s’est cassé tout seul, quelques heures après sa naissance. C’était un beau bébé dodu de plus de trois kilos. Et tout à coup, un vaisseau s’est rompu dans sa tête. Le sang lui pissait par les yeux et les oreilles, et son avenir, en une fraction de seconde, venait de changer totalement de route.”

Extrait de “Nanouk et moi:”

“Je me suis réfugié contre la cloison et j’ai pleuré avec un chagrin comme je n’en avais jamais connu. Un chagrin dont je ne voyais pas le bout. Je me rappelle avoir pensé que j’étais trop jeune et trop seul pour affronter un tel chagrin. Il était au-dessus de mes forces. Peut-être est-ce la définition du chagrin.”

 

See you Monday with letter T!

A lundi pour la lettre T!

Thank you for reading!

Merci de nous lire!

Good luck if you participate to the A to Z Challenge!

Bonne chance si vous participez au Challenge de A à Z!

 

 

A Month of French Authors/Un Mois d’Auteurs Français

Today for the letter R the French authors Patrick Raynal and Léonor de Recondo

 

Patrick Raynal is a man who wears many hats. Born in Paris in 1946 he’s a novelist who writes primarily for adults but has also published two novels for teenagers, a journalist, and an editor.

In 1989 he wrote an extensive story about the American writers James Crumley, Jim Harrison, Tony Hillerman, and Richard Ford for the French magazine Télérama. During this American trip, he discovered the city of Missoula, Montana, home to numerous writers, and brought it to the attention of his readership.  Raynal is considered one of the best French experts on American literature.

From 1991 to 2004 he was in charge of the infamous Série Noire collection, where you can find the best noir literature in France. Raynal has also contributed to the series Le Poulpe that Jean-Bernard Pouy (letter P) created and was one of the scenarists for the movie.

The city of Nice, where Raynal was once a university student, is often the setting of his novels.

Tucked in an alley in Charleston, South Carolina

Patrick Raynal est un homme de multiples talents. Son nom est associé à la fameuse Série Noire de Gallimard. Il en fut le directeur de collection entre 1991 et 2004. Mais il est aussi un auteur de romans noirs et considéré comme l’un des meilleurs spécialistes de la littérature américaine en France.

En 1989 ce fut en effet Raynal qui proposa à Télérama un grand reportage sur les auteurs américains James Crumley, Jim Harrison, Tony Hillerman, et Richard Ford. Au cours de ce voyage sur le sol américain Raynal découvrit la ville de Missoula dans l’état du Montana. Une ville toujours située sur la carte littéraire des Etats Unis à ce jour.

En plus de ses nombreux romans pour adultes Raynal a écrit pour la jeunesse et a contribué à la série Le Poulpe. Considérant le nombre de grands noms qui ont participé à cette collection je me devrais sans doute d’en lire au moins un 🙂

 

Extrait de “Le Poulpe: Arrêtez le carrelage:”

« A Plouhinec, il s’engagea sur la route de Kerletu dans un état voisin de l’éblouissement. Tout était net comme si l’éternité avait choisi ce coin pour y établir une tête de pont. Les mouettes faisaient du surf sur les courants d’air en insultant copieusement tous les culs de plomb qu’elles croisaient et Gabriel se mit sérieusement à douter de son instinct. Comment ne pas croire à l’innocence dans un paysage dont la géométrie variable est façonnée par le ciel, le vent et l’Océan ? »

Extrait de “La clef de seize:”

“La première chose que j’avais vue, il y a plus de dix ans, c’était les palissades qu’on installait autour des bidonvilles pour les soustraire à la vue des touristes. Je m’étais alors juré d’abattre toutes les palissades de la ville. Un serment aussi débile que l’adolescent attardé qui l’avait prononcé.”

 

University California, San Diego

Born in 1976, Léonor de Recondo was already a renowned violonist before becoming a novelist. She studied music at the New England Conservatory of Music in Boston where she was the solo violonist during the three years she spent there. Back to France her musical career exploded and she has since then recorded several albums.

After the publication in 2010 of La Grâce du cyprès blanc, her first novel, she has become a favorite among young female French authors. In 2012 she publishes Rêves oubliés, a story that tells of a family’s exile in 1939, the beginning of the Franquist period in Spain. I put this novel on my to-read because I usually like historical fiction.

Pietra viva, published in 2013, is another historical fiction novel about Michelangelo’s life and work. Readers and critics alike praised the novel.

Amours, published in 2015, won two literary awards. The novel set in 1908 in Touraine offers the portrait of two women linked by one child. Biological for one and adoptive for the other. It is also a novel about the French bourgeoisie of the early 20th century and of the roles women were expected to play.

None of Léonor de Recondo’s novels has been translated in English.

 

Wall vegetation will always capture my eye. Still in Charleston, SC

Acceptée au prestigieux conservatoire de musique de Boston elle fut le violon soliste pendant trois ans Léonor de Recondo est une musicienne talentueuse qui a produit de nombreux enregistrements.

Elle devient une romancière avec la parution de son premier roman La Grâce du cyprès blanc, publié en 2010. Rêves oubliés, son second roman, évoque l’exil d’une famille lors de la montée du franquisme en 1939. Pietra viva est un portrait du grand artiste Michelangelo, tandis que Amours est celui de deux femmes aux prises avec leur propre destinée et celles des femmes au début du 20e siècle. J’ai trouvé cet article dans l’Express à propos de ce dernier roman.

Pour plus d’information sur Léonor de Recondo, je vous propose son éditrice, Babelio, et Wikipedia.

 

Extrait de “Rêves oubliés:”

“Qui a décidé qu’un pays commençait là et finissait ici? Pourquoi se détestent-ils tous?”

Extrait de “Pietra viva:”

“Le sculpteur, aux mains douées d’un rare pouvoir, n’est pas dupe et se plaît à dire à ses semblables : ” Ne regardez pas mon visage, il est laid. Regardez plutôt mes mains ! Elles sont si puissantes qu’elles façonnent la réalité, qu’elles donnent vie à la pierre. Dans le sillon creusé par mon ciseau, les veines du marbre se gorgent de sang.”

Extrait de “Amours:”

“Là, les familles se rencontrèrent et se jaugèrent. Tout le monde présentait bien, les mentalités s’accordaient, les portefeuilles aussi. Une ébauche de contrat fut discutée entre hommes, et la date du mariage arrêtée à deux mois plus tard.”

 

 

See you tomorrow with letter S!

A demain pour la lettre S!

Thank you for reading!

Merci de nous lire!

Good luck if you participate to the A to Z Challenge!

Bonne chance si vous participez au challenge de A à Z!

A Month of French Authors/Un Mois d’Auteurs Français

Few last names start with the letter Q and even less for French female authors, so today the one and only Serge Quadruppani plus a last minute surprise…

 

Born in 1952, Serge Quadruppani is a novelist, an activist who adds his voice against the excesses of capitalism, an essayist, an editor, and a translator for several contemporary Italian authors. He has also collaborated to Le Poulpe series with Jean-Bernard Pouy, the author for the letter P.

Only one of his novels, a mystery, is available in English.

 

Isabella Stewart Gardner Museum and Gardens, Boston

 

One of the quotes below, from one of Quadruppani’s novels, is about a cat and cats in general. The protagonist admits that even his beloved cat Manga, the only living creature allowed to access the second story of his home, cannot enter his room when he undresses. The reason, he says, is that these felines that quietly entered people’s lives several thousands years ago have in their eyes something he has never seen elsewhere.

I tend to agree. I think that more people favor dogs to cats because of cats’ knowing eyes. In any case, reading this quote gives me the opportunity to tell you a few cats’ stories and to introduce you to two special cats.

Unlike me who grew up in the country with cats, bunnies, lambs, and even a goat my husband was brought up in the Parisian suburbs and had never had a pet. The situation changed immediately when we moved in together. Our first cat was unfortunately sick and died very young of leukemia. Quickly after, close friends offered us a kitten from a healthy litter. Catmintosh followed us from Paris to California. Years later, we adopted Sugar, an adorable stray cat that jumped into my bag as I was helping in my son’s classroom. Sugar was meant to meet our family. And she was meant to be my youngest daughter’s very special friend. She was too young to have known Catmintosh and immediately fell for Sugar. The love was reciprocated as the cat adored my daughter too. Sugar’s brutal death (nature can be pitiless toward pets) was a real tragedy for my then seventh grader who refused another cat.

Now that my kids are living away from home, we don’t have any pets. Not having to find a pet sitter when my husband and I want to travel together is easier. But I never miss an opportunity to pet every cat I meet on my morning daily walk.

And I have the occasional treat to play with my second daughter’s adopted cats.

 

Tuck wearing her tuxedo

It took my daughter a lot of patience and care to feed these tiny creatures and moreover tons of love to gain their trust. Found without their mom at a few weeks old these cats had not benefited from the crucial maternal attention most kittens receive.

But this has changed, and now Tuck (from Tuxedo because of her white chest against her black coat) and Aly are playful and trusting one-year-old female cats.

Not really to replace our female French author du jour. But since many of my readers are also cats’ lovers and that many writers are too, I figured that today was a great day to introduce Tuck and Aly.

 

 

Downtime for Tuck after playing fetch (I swear she can do it as well as a dog)

Catnap time for Aly

Serge Quadruppani est un romancier, un essayiste, un militant qui ajoute sa voix contre les excès du capitalisme, un éditeur, et un traducteur pour plusieurs auteurs italiens contemporains. Son blog est une source d’informations sur les évènements actuels qui touchent la France et le monde et sur ses prises de positions.

Pour lire sa biographie et bibliographie complètes Babelio reste votre meilleure adresse.

La citation extraite du roman Au fond de l’oeil du chat de Quadruppani me plait particulièrement parce que j’adore les chats. Quand j’ai rencontré mon mari j’ai appris qu’il n’avait pas grandi avec des animaux domestiques. Je venais d’une maison  il y avait toujours eu un chat, une chèvre, des moutons, et des lapins. Alors je lui ai proposé de commencer par un chat. Plus facile dans un appartement parisien. Notre premier chat est tombé malade tout petit. Super triste. Mais le second venait d’une portée de chatons d’un couple d’amis. Catmintosh nous a suivi en Californie et des années plus tard nous avons recueilli une adorable petite chatte qui errait sur le campus de l’école élémentaire de mes enfants. Elle avait été baptisée Sugar à cause de sa personnalité super attachante. Sa mort tragique (la campagne peut être impitoyable pour les animaux domestiques) a particulièrement marqué ma plus jeune fille et elle n’a plus voulu de chat. Nous avons eu une chienne. Mais Pepper n’était pas Sugar. Depuis que mes enfants sont étudiants nous n’avons plus d’animaux chez nous ce qui permet aux parents de voyager sans avoir à trouver de pet sitter.

Mais je me rattrape car l’une de mes filles a adopté deux chatonnes il y aura un an la semaine prochaine. Des petits chats abandonnés nourrissons c’est adorable mais triste aussi. Leur mère avait disparu quand elles ont été trouvées et ma fille s’en ai très bien occupée pour les nourrir mais surtout les apprivoiser et leur donner confiance.

Alors comme je sais que les chats sont très populaires parmi les gens qui écrivent ma fille m’a autorisée à vous montrer leurs petites bouilles. Je vous présente donc Aly et Tuck (de tuxedo ou smoking en français). Je ne dis pas que cela remplace notre auteure féminine du jour.

 

Tuck loves the guests’ sofa bed 

It’s still sometimes difficult to shoot shy Aly’s portrait

 

Extrait de “La disparition soudaine des ouvrières:”

“Il m’a expliqué qu’il était partisan des théories du “décèlement précoce”, c’est-à-dire une politique de prévention du crime. Il s’agit de repérer la dangerosité des organisations avant même qu’elles ne deviennent vraiment dangereues et d’intervenir contre les personnes non pas en fonction de ce qu’elles ont fait mais de ce qu’elles pourraient faire. Je lui ai répondu alors qu’il devrait m’interpeller tout de suite, parce que j’ai souvent envie d’étrangler ma femme… Il a ri l’idiot, il croyait que je plaisantais.”

Extrait de “Au fond de l’oeil du chat:”

“Au moment du coucher, même Manga, le seul être vivant que je laisse accéder à l’étage, n’a pas le droit de franchir le seuil de ma chambre.

Je ne me déshabille jamais sous le regard des chats.

Ce qu’il y a dans l’oeil de ces animaux de compagnie, de ces félins entrés en douce dans la vie des humains voilà quelques millénaires, je ne l’ai jamais vu ailleurs.”

Extrait de “Corps Defendant:”

“Les farines animales, c’est de la poudre aux yeux. C’est pas la vache qui est folle, c’est notre civilisation.”

 

 

See you tomorrow with letter R!

A demain pour la lettre R!

Thank you for reading!

Merci de nous lire!

Good luck if you participate to the A to Z Challenge!

Bonne chance si vous participez au Challenge de A à Z!

<span>%d</span> bloggers like this: