A Month of French Authors/Un Mois d’Auteurs Français

Today for the letter F the French authors Dan Frank and Irene Frain

 

Dan Frank was born in Paris on October 17, 1952.

Three of his novels, including the first one “Les Calendes grecques,” have been praised by the press and by his readers and have received many literary awards.

But it is his series of novels “Les Aventures de Boro, reporter photographe,” written in collaboration with Jean Vautrin that will give Frank visibility and popularity. The eight volumes published between 1987 and 2009 depict the life of a young charismastic photo reporter named Boro during the tumultuous 1930s and then during WWII until the liberation of Europe. The artwork for the covers has been realized by Enki Bilal.

The series of comic books, still written by Dan Frank and Jean Vautrin, illustrated by Marc Weber  under Enki Bilal’s artistic direction has also been very well received in France.

Frank’s books have not been translated in English, but one of the quotes from his series with Boro is one of my beliefs too. So for once I will try to translate this quote as best as I can.

“Il faut être aimable avec la vie, sinon la vie se venge.”

“One must be kind with life, or life will strike back.”

 

Santa Cruz, California

Dan Frank est né à Paris le 17 octobre 1952. Après des études de sociologie à la Sorbonne il se met rapidement à écrire. Son premier roman “Les Calendes grecques” recoit le prix du premier roman en 1980. “La Separation” lui vaudra le Renaudot en 1991 et “Les enfants” le prix des romancières en 2003. Mais c’est la série de romans “Les Aventures de Boro, reporter photographe” écrite en collaboration avec Jean Vautrin qui le rend très populaire.

Les huit volumes publiés entre 1987 et 2009 relatent la vie tumultueuse du jeune et charismatique reporter photographe Boro dans l’Europe des années 1930 et pendant la deuxième guerre mondiale jusqu’à la libération.

La bande dessinée écrite par Dan Frank et Jean Vautrin et illustrée par Marc Weber sous la direction de Enki Bilal est aussi un petit chef d’oeuvre.

Extraits de “Les champs de bataille:”

“Le droit des uns ne peut nuire au droit des autres, l’intérêt des uns va toujours contre l’intérêt des autres.”

Extrait de “La séparation:”

“Naguère, dans la rue, elle lui donnait le bras. Désormais, elle marche parallèlement à lui, les mains dans les poches du manteau qu’il lui a offert. Il déteste ce manteau. A cause des poches.”

Extrait de “Les Aventures de Boro, reporter photographe: Les Noces de Guernica:”

“Il faut être aimable avec la vie, sinon la vie se venge.”

Extrait “Les Aventures de Boro, reporter photographe: Mademoiselle Chat:”

“A cet instant même, derrière l’une des fenêtres brillamment éclairées donnant sur le parc, la princesse Romana Covasna, authentique descendante de Michel le Brave, prince de Valachie, contemplait ses grands yeux verts dans sa psyché.

Voluptueuse et nue sous son déshabillé diaphane, elle lisait sa propre beauté dans leur éclat de velours et cherchait dans la perfection de ses paupières allongées une raison supplémentaire de s’aimer.

Retardant le moment de quitter son image, elle inclina l’ovale parfait de son beau visage, creusa ses joues d’une ombre mystérieuse, puis s’appliqua longuement à tracer sur ses lèvres si désirables un trait rouge, aigu et lumineux qui mettrait sa sensualité de fauve dangereux à la portée d’un baiser volé.”

Berkeley, California

Irène Frain was born in Brittany in 1950. She is one of the most renowned and prolific French female authors. Despite her modest origins (her father was a farm boy who later taught adults and her mother was a seamstress) Frain became a Latin professor at the Sorbonne after teaching high school French for years. Later she will work for major French magazines and then start writing historical fiction.

From her first novel Le Nabab, published in 1982 to Marie Curie Prend un Amant, published in 2016, Frain has constantly demonstrated her ability for impeccable research, due to her background in journalism and her writing skills due to her academic training.

Her most famous novels are Le Nabab (1982), Secret de famille (1989), Devi (1993), L’Homme fatal (1995), Les Naufragés de l’île Tromelin (2009). In 2013, she will publish Sorti de Rien her most personal book to this day, also my favorite.

The expression « sorti de rien » can be derogative in French and contrasts with the expression « coming from a good family. »

When Irène Frain is one day addressed as someone who “comes from nothing,” an ancestral anger fuels her urgency to return to her native Brittany to explore her father’s past. The result is a moving homage to the man who deliberately left his humble origins to climb the social ladder, without ever forgetting where he was coming from. This book is ultimately an homage to every human being who “comes from nothing” but fights for dignity until finding it.

We are many who “come from nothing.” We can leave the limits that our birth gave us without rejecting our origins. In Sorti de Rien Irène Frain offers us a fascinating portrait of her father, of Brittany, and of social classes. She also wrote a beautiful love letter to her father.

 

Sierra Foothills, Central California

Irène Frain n’a pas besoin d’être présentée, non ? Cependant si vous le souhaitez vous pouvez lire sa biographie et bibliographie sur son site et aussi sur celui de Babelio. Mon livre favori est “Sorti de rien,” publié en 2013, un hommage émouvant à son père, à la Bretagne, et à ses origines sociales modestes. Je le lis comme un hommage à tous ceux et celles qui s’élèvent au-delà des origines de leur naissance sans les renier ni les oublier. Ce livre est pour moi un livre sur la dignité humaine.

Extrait de “La forêt des 29:”

“Recommençons, comme avant, à nous mettre à l’écoute du ciel, des animaux, des nuages, des arbres, des insectes, des serpents, des fleurs, des plantes. Et puisque la vie et l’eau sont les seules vérités qui tiennent, occupons nous de la vie et de l’eau.”

Extrait de “Sorti de rien:”

“- années 1920 –

Depuis qu’il va à l’école, il est régulièrement assailli par l’angoisse du rejet. Ça a commencé dès la petite classe ici même, dans le périmètre sacro-saint de l’école : un matin, au beau milieu d’une phrase en français, il a lâché, sans même s’en rendre compte, trois ou quatre mots de breton. Le maître a fondu sur lui puis l’a affublé d’un sautoir auquel pendait une queue de vache.

« A toi le symbole ! »

Pas besoin de se creuser la tête pour comprendre de quelle infamie le symbole est la marque : la vie à ras de la terre et des pierres qui fut celle de ses aïeux. Puis le maître lui apprend qu’il ne pourra s’en défaire qu’en dénonçant un camarade qui, comme lui, aura laissé échapper un mot de la « langue des arriérés ».”

Extrait de “Les naufragés de l’île Tromelin:”

“Dès les premières secousses, pourtant, ils ont bien dû crier, eux aussi, ces cent soixante hommes, femmes et enfants. Supplier, hurler comme les matelots, à s’en déchirer les poumons. Et sûrement encore plus fort: sous les panneaux cloués, ils n’ont pas la moindre idée de ce qui arrive au bateau.”

 

Garden of roses in Angers, France

 

See you tomorrow with letter G!

A demain pour la lettre G!

Thank you for reading!

Merci de nous lire!

Good luck if you participate to the A to Z Challenge!

Bonne chance si vous participez au Challenge de A à Z!

 

A Month of French Authors/ Un Mois d’Auteurs Français

Today for the letter E the French authors Jean Echenoz and Annie Ernaux

Something strange happens when you leave your native land as an adult. Your education is completed and you’ve already started a career. You’ve also most likely discovered your favorite authors. Then you move thousands miles away and you must master another language and culture. Quickly you find out that books are your best allies to learn your new country. And slowly but ineluctably you start to read more and more in your acquired new language. Meanwhile life goes on in the old land and the authors you loved keep writing and publishing. But you’ve lost track and one day you forget about them. Until someone mentions one name, one title, one book, which happened when my partner for this challenge suggested Jean Echenoz. Then more names, more titles and more books rushed back to my memory’s shores.

This is a little unsettling to write about authors who were at some point as familiar as my country.

Today as I introduce Jean Echenoz and Annie Ernaux I feel the unstoppable journey of time.

I had just started to work in a publishing company in Paris when I read Echenoz. One of the perks of my job was to have access to any published book in any house at a discounted price. I built quite a collection over ten years.

 

California Poppies

Jean Echenoz was born on December 1947 in Orange (Provence-Alpes-Côte d’Azur region in southeastern France) and moved to Paris for his studies in sociology.

His first novel “Le Méridien de Greenwich” was published in 1979, while I was still in school so I only read it years later.

I was hooked and read each of his following books until I left France. Echenoz is the product of the Nouveau Roman and … Echenoz. His novels are strange, populated with even stranger people and the result would be a disaster for most writers. But Echenoz writes with unique skills and somehow builds novels that not only stand on their own but among others.

Influenced by jazz music (important component in Cherokee), thrillers, films, and using irony and playfulness Echenoz plants his characters in surprising or even weird situations. Beyond the strangeness of his novels I’ve always read someone who writes about modern human angst.

Echenoz is known for maintaining strong relationships with his most faithful readers and honoring them in his novels.

Being one of the most influencial French authors, his novels are translated in many languages, including in English of course.

Here is again the link that can allow you to find French authors translated in English.

Acadia National Park, Maine

Jean Echenoz est né à Orange et a passé son enfance dans l’Aveyron avant de s’installer à Paris pour y poursuivre des études de sociologie. Il est un grand, voire un très grand, parmi les auteurs français. Sa biographie et bibliographies sont disponibles sur la page de la Bibliothèque nationale de France ainsi que sur le site des Editions de Minuit, l’un de ses éditeurs. A partir des Editions de Minuit il est aussi possible de lire un court topo sur chacun des romans de Echenoz, ce que j’ai trouvé particulièrement intéressant puisque j’avais oublié certains de ses écrits.

Ce fut “Le Méridien de Greewich” qui me fit découvrir Echenoz. Et puis ce fut “Cherokee” et “L’Equipée malaise,” suivis de “L’Occupation des sols” et de “Lac.”

Si vous ne le connaissez pas, lisez au moins l’un de ses romans. Il est difficilement comparable à d’autres auteurs puisqu’il ajoute à la tradition du roman moderne sa signature complètement unique.

Extrait du roman “Des éclairs:”

“Il apparaît d’abord qu’il aime mieux être seul et vivre seul en général, et se considérer dans les miroirs plutôt que regarder les autres, et se passer des femmes bien qu’il leur plaise beaucoup car il est fort beau, fort grand, brillant et beau parleur, il n’a pas quarante ans, il est à prendre. S’il n’est certes pas indifférent, n’aimant pas mieux les hommes, à ce que les dames se pressent discrètement autour de sa personne, il semble jusqu’ici qu’il désire peu qu’elles se rapprochent au-delà d’un seuil précis.”

Extrait du roman “Le méridien de Greenwich:”

“Il devait être à la campagne. Il reconnaissait le fond sonore ininterrompu de la campagne, où les babils d’oiseaux, les frissons des feuillages et l’entrechoc des branches se croisaient aux cris d’animaux domestiques et aux bourdons d’insectes pour tisser une trame de bruits, légère et tenace à la fois, trouée de temps en temps par un silence qui, dans un tel contexte prenait une allure de bruit. Ces silences ruraux étaient tous différents, qui déterminaient la durée de ce silence, mais, plus encore, sa saveur particulière, sa densité, son style.”

Extrait “Je m’en vais:”

“Si l’anatomie de Delahaye, si son comportement, son élocution confuse évoquent ainsi de la mauvaise herbe rétive, l’amie qui l’accompagne relève d’un autre style végétal. Prénommée Victoire et belle plante silencieuse à première vue, elle paraît plus sauvage qu’ornementale ou d’agrément, datura plutôt que mimosa, moins épanouie qu’épineuse, bref d’apparence pas très commode.”

Gardenia Flower from Charleston, South Carolina

Annie Ernaux est née à Yvetot en Seine Maritime le 1er septembre 1940. Sa biographie et bibliographie sont disponibles sur le site Babelio.

Lire Ernaux s’est plonger dans la classe ouvrière normande dont je suis également issue, c’est se reconnaitre ou reconnaitre ses parents, leurs voisins, leurs commerçants. Plus de vingt ans me séparent de l’auteure, et pourtant les portraits simples mais précis qu’elle taille me sont familiers. Il en est de même pour ses écrits sur l’évolution de fille à femme. Bien sûr les temps ont changé, mais on peut encore lire Ernaux maintenant pour comprendre la France des années de son enfance, de sa jeunesse et au-delà. Son écriture est dépouillée ce qui la rend facile à lire, du moins en apparence.

Extrait du livre “La place:”

“Il me conduisait de la maison à l’école sur son vélo. Passeur entre deux rives, sous la pluie et le soleil. Peut-être sa plus grande fierté, ou même la justification de son existence : que j’appartienne au monde qui l’avait dédaigné.”

Extrait du livre “Les années:”

“L’arrivée de plus en plus rapide des choses faisaient reculer le passé. Les gens ne s’intéressaient pas sur leur utilité, ils avaient simplement envie de les avoir et souffraient de ne pas gagner assez d’argent pour se les payer immédiatement…

La profusion des choses cachait la rareté des idées et l’usure des croyances.”

Extrait du livre “L’autre fille:”

“Les parents d’un enfant mort ne savent pas ce que leur douleur fait à celui qui est vivant.”

Extrait du livre “La femme gelée:”

“J’ai vécu jour après jour la différence entre lui et moi, coulé dans un univers rétréci, bourrée jusqu’à la gueule de minuscules soucis. De solitude. Je suis devenue la gardienne du foyer, la préposée à la subsistance des êtres et à l’entretien des choses.”

Mirror Lake, Yosemite National Park

Annie Ernaux was born in Yvetot, Normandy, in 1940. After completing her studies at the university and starting a career in the academics, teaching modern French literature, she quickly focused her writing around autobiographical material from her childhood and youth. Ernaux is an author who cannot leave me indifferent. Like me she was born in Normandy in a working class family where she would be the first one to go to college. Her writing about her father, her mother, the place where she grew up is deliberately simple, almost raw, to better depict her upbringing. This choice left me sometimes uncomfortable. I strongly respect everyone’s origins, since children are neither responsible for their parents nor for their place of birth. I also support the desire to leave one social class for another. But I also believe that we should not be ashamed of the people and the place we are coming from, whether our parents were rich or poor, educated or not. Sometimes when I read Annie Ernaux I feel as if her family’s modest origins and lack of education shamed her. But I also find love in her books, especially when she writes about her father. In addition, reading her work opens an interesting window on French society and particularly the limited roles traditionally assigned to girls and women in the 1960s. A plus for Americans willing to understand the complex country that France is.

Annie Ernaux is widely translated in English and her books are available on Amazon.

Lily Pad in Maine

See you tomorrow with letter F!

A demain pour la lettre F!

Thank you for reading!

Merci de nous lire!

Good luck if you participate to the A to Z Challenge!

Bonne chance si vous participez au Challenge de A à Z!

A Month of French Authors/Un Mois d’Auteurs Français

In the spring of 2016, my husband and I made a deal: he can pick any table for dinner when we travel, as long as there is an independent bookstore nearby.

Tonight my husband mentioned reading Curt Mekemson’s comment about this tradition (Letter B) and he suggested adding the name of a restaurant where we ate together for each letter of the alphabet. So here is the deal: every day my husband will comment on each of my posts and add a restaurant from North America (USA and Canada) starting with the same letter. He already added his pics to the letters A, B, and C.

Food and books go really well together, I think, so I hope that you will enjoy this small fun addition inspired by Curt’s comment. By the way, if you don’t know this guy, check out his blog where he shares his travels and other great slices of life with his wife Peggy. You won’t regret it.

Today the French authors Marc Dugain and Michelle Desbordes for the letter D

 

Marc Dugain was born in 1957 in Senegal where his father was working. His family returned to France when Dugain was seven years old. Besides keeping an assiduous correspondance with his childhood friend, the writer Fred Vargas, Dugain had never written fiction before publishing his first novel “La Chambre des Officiers” in 1999. This book tells of his grandfather’s life as a soldier during WWI and by extension of this brutally bloody conflict that the French called la Der des Ders, hoping it would be the last in Europe. The novel will receive twenty literary awards and will mark the beginning of Dugain’s literary career. This novel is available in English:  The Officer’s Ward.

Among Dugain’s following novels, also very well received, two are particularly interesting to American readers.

In “La Malédiction d’Edgar,”published in 2005, Dugain writes an outstanding historical fiction novel about John Edgar Hoover, the first director of the FBI director. The controversial Hoover was also chosen by Clint Eastwood when he filmed “J. Edgar” with Leonardo DiCaprio as the FBI director.

“Avenue des Géants,” published in 2012, is a portrait of the American serial killer Edmund Kemper and also of the American society during the turbulent 1960s and 1970s. If you want to refresh your memory about Kemper, still in jail as we speak, this is a link about him on Wikipedia.

“Avenue des Géants” is available in English:  The Avenue of the Giants.

 

 

Marc DUGAIN est né au Sénégal où son père était coopérant en 1957. Sa famille est rentrée en France lorsqu’il avait sept ans. Avant son premier roman qui le fera connaitre Dugain n’avait rien écrit, à part une correspondance importante avec son amie d’enfance l’écrivain Fred Vargas. Vous pouvez lire sa biographie et bibliographie sur le site Babelio.

Le billet de la Livrophage à propos de ” Avenue des géants” est excellent.  “La chambre des officiers” avec la très belle adaptation au cinéma par Bertrand Tavernier est extraordinaire tout comme “La malédiction d’Edgar” sur Hoover.

Extrait de “Avenue des géants:”

“Pourquoi les gens écrivent-ils ? Souvent parce qu’une sourde vanité les rend fiers de leurs malheurs et qu’ils veulent les partager avec le reste de l’humanité parce que, au fond, ils sont trop lourds pour eux. Je crois aussi que beaucoup de gens écrivent parce qu’ils ne trouvent aucun réconfort auprès de leur famille. C ’est même pire, c’est souvent leur famille qui est à l’origine de leurs déboires. Avoir des lecteurs leur donne le sentiment d’être moins seuls sans l’inconvénient d’une promiscuité assommante avec des gens bien intentionnés. Souvent aussi, ils écrivent pour laisser une trace.”

Extraits de “La malédiction d’Edgar:”

“L’électeur nous laissera toujours le sale boulot. Il sait bien que là-haut les choses ne sont pas si claires. Mais il ne sait pas toujours à quel point. Quand il le découvre, il fait mine de s’en offusquer. Mais tant qu’il est devant son téléviseur avec une bière bon marché et qu’il y a de l’essence dans le réservoir de sa voiture, il est plutôt satisfait que d’autres fassent le sale boulot à sa place. Il est comme tout le monde, pris entre le rêve et la réalité.”

“Marilyn Monroe faisait partie de ces rares femmes qui figuraient au panthéon photographique d’Edgar, sur les murs de l’escalier qui menait à l’étage. Il l’avait rencontrée à plusieurs reprises et il gardait le souvenir d’une femme délicieuse, fragile, et d’une beauté touchante. Edgar manifesta toujours une grande mansuétude à son égard et une tolérance surprenante pour ses écarts de conduite avec les hommes. Ce n’est jamais elle qu’il incriminait, mais il préférait voir dans sa conduite critiquable le désespoir d’une femme seule, incapable de résister à des hommes qui la convoitaient comme un trophée. La femme la plus désirable d’Amérique ne pouvait pas être ignorée par le plus grand coureur du pays. Compte tenu de l’attrait irrépressible de John Kennedy pour les femmes, il n’était pas pensable qu’il fît l’impasse sur le symbole sexuel le plus adulé d’une génération.”

Extrait de “La chambre des officiers:”

“Je suis réveillé quelques heures plus tard par une douleur si forte et si diffuse que je suis incapable d’en localiser l’origine précise. Mes pieds bougent. Les deux. Les mains aussi. Chacun de mes yeux perce la semi-obscurité. Je suis entier. Avec ma langue, je fais le tour de ma bouche. En bas, elle vient s’appuyer sur les gencives de la machoire inférieure : les dents ont été pulvérisées. Les hauteurs, elles, s’annoncent comme un couloir sans fin ; ma langue ne rencontre pas d’obstacle et lorsqu’elle vient toucher les sinus, je décide d’interrompre cette première visite. C’est tout ce vide qui me fait souffrir.”

Michelle Desbordes was born in 1940 in Saint-Cyr-en-Val, France. She studied literature at the Sorbonne University and became later a library curator. She will write nine novels before dying in 2006, in Sologne, the French region where she was from.

Interestingly, the book that both my French friend and I read and loved among the nine novels Michelle Desbordes wrote is the same.

La Robe Bleue is a moving novel that tells of the French sculptor Camille Claudel, sister of the French poet Paul Claudel. She spent thirty years in a psychatrist hospital and always wore a blue dress when her brother Paul visited her. The story of her mental illness is controversial as opinions vary about the reasons of her hospitalization. The entry in Wikipedia highlights Camille Claudel’s career and mental illness.

I love art and am particularly interested in the stories of women artists from the 19th and early 20th century who rarely received praise for their work during their lives. Camille Claudel’s work and talent will only be recognized and appreciated after her death.

Michelle Desbordes’ novels have not been translated in English.

Michelle Desbordes est née à Saint-Cyr-du-Val en 1940 et est décédée en 2006.

Sa biographie et bibliographie ainsi que deux vidéos à propos de deux de ses livres, « La Robe Bleue » et «L’Habituée » sont disponibles sur le site Babelio.

Par le plus grand des hasards le livre de Michelle Desbordes qui a marqué mon amie française est aussi mon préféré. “La Robe Bleue” évoque Camille Claudel qui alors qu’elle est à l’asile, met cette robe pour attendre la visite de son frère Paul. Une lecture bouleversante.

J’aime l’art et je suis particulièrement intéressée par les femmes artistes qui jusqu’à une date récente ne recevaient pas le respect dont leurs pairs masculins bénéficiaient pendant leur vie. Comme tant d’autres, le talent de la sculptrice Camille Claudel ne sera en effet reconnu qu’après sa mort.

Extraits de “La Robe Bleue:”

“Ainsi la trouvait-il quand il arrivait, à l’ombre des chênes où elle s’installait pour le voir franchir les grilles et pénétrer dans la cour, la petite place aux platanes où il prenait l’allée du haut, le chemin de terre et de pierres qui bientôt s’étrécissait jusqu’à devenir l’étroit raidillon sous les arbres.”

“Car ce ne serait pas cette robe qu’on a dite, et qu’on voit sur les photographies, la robe triste et morne qu’elle revêt les jours qu’elle veut paraître bien mise, ce ne serait pas cette robe-là de vieille proprette et bien mise avec ses rayures pâles dans le sombre de l’étoffe, ce serait une autre, et qu’il ne lui aurait jamais vue, bleue comme ses yeux, bleue comme la mer où ils sont ce jour-là, une robe longue et bleue, si légère dans le vent, qu’elle lui paraît d’un autre temps, une robe comme autrefois lui semble-t-il, et d’un coton, d’une toile qui dit le radieux d’un jour d’été, une étoffe qui se lève dans le vent, légère bat les chevilles, et parfois d’un grand mouvement vole autour d’elle. Un calicot, une étamine bleue. Une toile douce où passe l’air, la brise du bord de l’eau.”

 

 

 

See you tomorrow with letter E!

A demain pour la lettre E!

Thank you for reading!

Merci de nous lire!

Good luck if you participate to the A to Z Challenge!

Bonne chance si vous participez au Challenge de A à Z!

 

 

 

 

 

French Writers From A to Z

My Childhood Public Library Was Located in this Castle

In December 2016, WordPress asked writers, photographers, artists, poets, and business and website owners a simple question: what’s in store for you and your blog/website in 2017?

A few months later, I would offer the same response I did back then.

Through my blog, I open a window on my life spent between two languages and cultures (French and American English).

With this goal in mind I decided to participate once again to the A to Z Challenge.

 

Here is what you can expect to find every day but Sundays for the month of April:

A selection of French authors, a man and a woman, for each letter of the alphabet.

A couple of facts related to this challenge:

1- Here in the US, I don’t find too many French books translated in American English.

The most famous French writers remain Camus with The Stranger and Victor Hugo with Les Misérables. Some Francophiles know the contemporary work of a few authors, Michel Houellbecq, for example. However, the vast majority of Americans see France either as an old country or as a pink-chic land.

2- With the support of Livrophage extraordinaire, a French avid reader I’ve only met through our mutual blogs and our e-mail correspondence, I was convinced to build a list of contemporary French authors.

We decided that this challenge should focus on writers from the 20th century with books published in the 20th and 21st century.

In an interesting way, my French virtual friend devours American literature. Coming up with a list of  French authors from A to Z will be a challenge for her, too.

In a natural way, she decided to write in French while I will write in English. Our posts won’t be translated and won’t alternate regularly between the two languages. They will depend on our knowledge and interest for a specific author.

So…

My hope is that everyone of you will find something, in either language.

After all, this is the life I live every day.

It’s a way of life that carries its own challenges but offers countless surprises. And I love it just the way it is.

I hope you will enjoy this challenge and will stop by once in a while, maybe to refresh your French 🙂 and perhaps to discover a new French writer and fall in love with her/his words.

 

Meanwhile, for everyone dealing today with the spring nor’easter, a photo taken a few years ago along a snowy California trail, also in the spring.

 

%d bloggers like this: