Happy Fourth of July!

photo-223

 

 

Nous sommes le 3 juillet et il n’est que 14h, mais à la terrasse du American Bar sur la rue principale de la petite ville de Truckee, à quelques kilomètres du lac Tahoe, l’ambiance est déjà très Fourth of July.

photo-206

Des femmes et des hommes aux cheveux blancs portent des T-shirts et des casquettes bleus, blancs, rouges.

Sur les tables des petites décorations aux mêmes couleurs.

photo-221

Deux ados d’une quinzaine d’années se promènent, main dans la main, un drapeau américain recouvrant leurs épaules.

La journée a été ensoleillée et les baigneurs nombreux sur Kings Beach, l’une des plages publiques les plus populaires autour du lac. Les filles portent des bikinis à l’effigie du drapeau américain et les garçons des bandanas identiques. Les bateaux se détachent contre l’eau turquoise du lac et les montagnes sur lesquelles on aperçoit les dernières traces de neige, comme si un enfant avait léché le glaçage d’un gâteau géant.

photo-224

Le feu d’artifices sera tiré à 21h30. La nuit tombe très tôt en Californie et plus vite encore en montagne. La foule est arrivée depuis la fin d’après midi pour diner sur la plage et des rires d’enfants résonnent dans la nuit. Les vendeurs de drapeaux et de gadgets lumineux se sont installés près de chaque ruelle donnant sur la plage. Les cafés et restaurants sont pleins. La bière coule à flots et la présence policière est importante. Les shérifs du conté de Placer sont là aussi, et la foule les salue avec un sourire.

Le feu d’artifice commence à l’heure. Tout le monde applaudit quand l’une des fusées est particulièrement réussie.

Un « Bravo ! » m’échappe et mes voisins s’exclament « Bene ! » alors qu’une petite fille avec un serre-tête décoré de pompons tricolores crie « Yeah ! »

photo-229

Lorsque j’ai pris part pour la première fois aux festivités de l’indépendance américaine, j’ai été très surprise de la ferveur patriotique des américains. Sans aucune relation avec leur origines sociales et culturelles.

Une française ne pouvait que remarquer que les américains, des plus pauvres aux plus riches, partageaient un amour égal pour leur pays.

Le sentiment de nation existe tout autant aux Etats Unis qu’en France et en Europe. Mais pour la majorité des américains cette nation inclut tous ceux qui vivent sur le sol. Il y a une importante distinction entre nationalisme et patriotisme, et ici aussi je croise des américains qui sont plus nationalistes que patriotiques pour mon goût.

Il m’est arrivé, comme à toute personne d’origine étrangère vivant n’importe où dans le monde, de rencontrer des gens qui n’apprécient pas mon accent et voient d’un œil inquiet la présence de gens venus d’ailleurs. La peur de l’étranger existe. Partout. Aussi aux Etats Unis. Même en Californie.

Mais quand les feux d’artifices du 4 juillet éclatent aux quatre coins du pays les origines ethniques, culturelles et politiques ont rarement leur place.

Le plus pauvre des américains, en dépit de recevoir parfois si peu de son pays, reste si fier d’être américain qu’il est certain de vivre dans le plus beau pays du monde.

Je ne sais toujours pas expliquer par quel tour de magie un étranger qui pose les pieds aux Etats Unis devient presque instantanément américain et parfois plus américain qu’un américain installé depuis plusieurs générations.

photo-222

Le bouquet final est très réussi et après une dernière salve d’applaudissements, tout le monde plie ses couvertures, serviettes de plage et sièges de camping pour regagner sagement sa voiture, sa maison ou sa chambre d’hôtel, sans oublier de souhaiter aux passants un « Happy Fourth ! »

photo 1-4

 

The Cost of an Apple Product

Somehow disturbing to read this well documented and conscience provoking article just a day after the State of the Union.

President Obama spoke of American manufacturing versus abroad manufacturing that has made American companies richer than ever, while Mr. Jobs’ wife sat feet away.
I believed in Mr. Obama more than most did, admired Mr. Jobs as much as anyone else and like my MacBook Air more than any computer I ever had. But 60 hours a week, five days a week to make more and more Apple products?  
The Chinese are still ahead of most Americans even though many work two jobs and definitely far from the weekly 35 hours French workers enjoy.
%d bloggers like this: