Montréal, mon Petit Paris en Amérique du Nord

photo 4-9

 

 

L’un des avantages à ne plus avoir d’enfants à plein temps à la maison, même s’ils me manquent beaucoup, est de pouvoir accompagner mon mari en voyage d’affaires – une première depuis plus de vingt ans. Même l’expression ‘voyage d’affaires’ sonne comme une première à mes oreilles, moi qui l’ai vu partir tant de fois depuis que nous vivons aux USA en ‘business trip.’

Donc pour fêter tous ces moments exclusifs, je suis allée pour deux jours avec lui à Montréal.

J’ai déjà écrit sur Montréal. Mon mari et moi avons été tentés régulièrement de nous y installer. A défaut de sauter le pas nous avons essayé de convaincre l’une de nos filles, acceptée à McGill, d’intégrer l’université. Mais nos enfants sont plus américains que leurs parents cosmopolites, alors Montréal est resté notre petit Paris en Amérique du Nord.

Il y a beaucoup à aimer à Montréal.

photo 4-7

La ville, de taille tout à fait humaine par rapport à la majorité des grandes villes d’Amérique du Nord, se visite très aisément à pied, un vrai régal dont je ne me lasse pas.

photo 2-13

 

Musées, galeries d’art, festivals et spectacles, dont le célèbre festival de jazz au début de l’été, boutiques de créateurs de mode, il y a de quoi se cultiver, s’amuser et faire du shopping de qualité. Pour les filles/femmes qui me lisent, les chaussures et les sacs sont vraiment super beaux à Montréal. Les cuirs et les couleurs me rappellent la France mais aussi l’Italie. Difficile de ne pas craquer. L’art de la rue est typiquement nord américain; un mélange urbain et écolo.

photo 4-6

photo 1-9

 

Pour les français, Montréal est aussi un paradis gastronomique. Pour ceux et celles qui vivent aux USA et sont habitués à des cuisines du monde entier, Montréal reste originale car les vagues successives d’immigration n’ont pas été exactement semblables à celles des Etats Unis.

La communauté portugaise, par exemple, est beaucoup plus importante à Montréal que dans n’importe quelle ville des Etats Unis.

Le café Ferreira sur la Rue Peel exemplifie la cuisine portugaise et ce restau à l’ambiance vivante mais suffisamment intime pour une soirée à deux, est devenu notre table préférée à chacun de nos passages à Montréal. Un vrai bonheur pour les amoureux de cuisine portugaise moderne et aussi pour les exilés en manque de cuisine française. Entre les petites sardines grillées, le lapin en cocotte (pour mon mari, car je préfère les poissons à la viande), le foie gras (interdit à la vente dans les restaus californiens) les petits vins du Portugal, et les portos exceptionels, plein de bonnes choses difficiles, voire impossibles, à trouver aux USA.

photo 4-5

L’accueil et le service sont toujours parfaits. Cette balance entre gentillesse, attention, simplicité, et humour est unique à Montréal.

C’est ce mélange entre humour français en moins caustique, service efficace à l’américaine en plus personnalisé qui me fait adorer Montréal.

 

photo 1-15

Pour une française/américaine qui aime les livres, Montréal est aussi un pur bonheur.

Entre la librairie Gallimard installée Boulevard Saint-Laurent, les boutiques Archambault – Fnac française – les librairies Indigo et Ulysse, et d’autres librairies indépendantes, je me sens loin de mon Amérique où les librairies disparaissent à vitesse grand V.

Un détail qui toujours me surprend dans les librairies de Montréal : Les livres écrits en français par des auteurs français sont classés dans le rayon Livres Etrangers avec les livres traduits en français. Les auteurs québécois sont rangés dans une section à part. C’est un classement logique, mais cela me fait toujours drôle en tant que française, entourée de gens qui parlent français, de voir Emmanuel Carrère, Patrick Modiano, Alexandre Jardin, par exemple, à côté de John Irving, Jody Picoult, Lee Child, auteurs traduits en français pour le lectorat québécois.

Ce que j’aime aussi à Montréal c’est de trouver facilement des auteurs beaucoup moins mis en avant aux USA. Par exemple Haruki Murakami et la littérature japonaise en général.

La BD, le parent pauvre de la littérature américaine, est aussi très bien représentée à Montréal. Un régal pour les fans qui ne veulent pas aller jusqu’en France faire le plein.

Pendant que je déambule dans les rayons bouquins, mon mari cherche les DVD français les plus récents. Déception depuis notre dernière visite, ce rayon a diminué de façon spectaculaire, preuve que la majorité des gens n’achète plus ses films en magasin et les regarde sur écran d’ordinateur ou tablette.

Côté musique le Québec est un mélange étonnant entre la vieille chanson française, voire très vieille chanson – j’ai vu un CD de Fernandel !- les grands chanteurs québécois et les plus jeunes artistes des deux continents. La scène américaine est aussi très présente mais je ne vais pas à Montréal pour acheter Bruce Springsteen. Je reviens avec Garou mais aussi avec Guillaume Durand, la Grande Sophie, Grand Corps Malade et Stromae.

Artistes français ou européens difficilement, voire impossibles, à trouver aux States.

Bien sûr, Montréal pour moi, c’est avant tout ce mélange unique entre ma langue natale, un vocabulaire typiquement québécois parsemé de quelques mots d’anglais, qui me fait fondre à chacun de mes voyages.

 

photo-321

photo-325

photo 5-4

 

photo-322

photo-323

 

Les résidents de Montréal, décomplexés et civils comme des américains, moins froids et critiques que des français, mais partageant avec eux un goût certain pour l’élégance vestimentaire, les petits cafés restaus, me donnent à chaque fois l’envie de rester davantage.

Comme pour me rappeler que je ne suis qu’en visite, le soleil se fait pâle derrière les arbres déjà dénudés, un vent frisquet dévale la Rue Sainte-Catherine, les trottoirs luisent sous la pluie d’octobre et les bateaux ont déserté les quais du Saint-Laurent.

photo 5-3

photo 2-12

photo 3-13

Il est temps de redescendre vers les Etats Unis et de dire comme on dit à Montréal, « Au revoir, bye. »

photo 1-12

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.gallimardmontreal.com/en

Comments

  1. Merci pour cette jolie visite.

  2. I have been to Montreal several times on business and once for pleasure. I don’t think I enjoyed it as much as I should have after reading this post. Certainly, when traveling for business, you don’t get to see much, and what you do see is often scripted by the event planners. The last time I was there on vacation was 1981. I’m thinking that I should give it another visit.

    • You should go back, Dan. The city has changed since 1981, I’m sure. Between my very first time and now I think that the most successful aspect is the multicultural tapestry of the city. For a while, the French and British sides were more at odds. Now, with more recent waves of immigrations, Montreal is really a place where the world meets. Yet the history and obvious attachment to traditions are there for our enjoyment and reflection too. The mix between the old and new worlds is great, and of course for me the fact that I can speak French, even for a few days, is a nice addition. See you on your blog.

      • The only negative thing that happened in 1981 was when I first checked into the hotel. On our way up to the desk, we heard the staff talking in English. When I gave them my name and told them that we were checking in, the clerk responded in French. I was polite, but basically said “really?” and we went on from there in English.

        Montreal was a treat. My visit was when I moved from Seattle, Wa to Hartford, CT and I had driven across Canada (having driven from New York to Seattle across the states 3 years earlier). You know what the cross-country trip is like so you know what it was like to think that the one city you chose to stay in for few days was going to prove to be a bad choice. Fortunately, that was the only time language was a problem and it only lasted for 1 sentence.

  3. Great shots Evelyn 🙂

  4. Ah ! Ma fille, qui ne connait pas les USA, trouve surtout agréable l’ouverture d’esprit des Québecois, leur simplicité dans les échanges, et aussi le mode de vie plutôt décontracté. Par contre, elle a du mal ( compte tenu de son budget limité ) avec la nourriture, les bons produits frais, fruits et légumes sont assez chers et par exemple, le miel en sachet plastique sous vide, elle qui a un tonton apiculteur ici, elle n’aime pas trop ! Dis-donc ! Ta fille était admise à McGill ! la classe !
    Bel article et belles photos, Evelyne !

    • Merci, lectrice en campagne. J’adore Montréal et ta fille a raison: la simplicité et l’ouverture d’esprit y sont extraordinaires. Sans doute plus sincères qu’aux USA, et tu sais à quel point j’aime les Etats Unis. Les Québécois ne semblent jamais avoir la grosse tête ni se prendre la tête. Mais la vie à Montréal est chère, c’est vrai.
      Je n’ai jamais fait vraiment fait de courses alimentaires, mais je suis certaine que les produits frais ne sont pas donnés. Le climat froid limite la production, donc la majorité est sans doute importée. Le miel me surprend car j’aurais pensé qu’en trouver serait facile. Le sirop d’érable est sans doute plus populaire. Quant à ma fille, oui elle est bonne élève mais trop américaine pour avoir été complètement conquise. Et trop californienne pour envisager un hiver si rugueux et si long. Sans doute mieux pour les finances de papa et maman! Est-ce que ta fille reste pour une année?

      • Non, elle y fait un semestre et pas à McGill, mais à l’Université de Montréal, qui a une convention avec son école ici : elle paye les frais de scolarité et la Sécurité Sociale ici ( 400 € environ pour une année scolaire, son école est publique ), sinon, nous n’aurions pas pu lui permettre ça. Elle rentre le 23 Décembre. Mais ça va être difficile, son petit ami est québecois, travaille là-bas ( même s’il peut essayer de venir bosser ici, il travaille comme éducateur spécialisé pour des handicapés mentaux, dans l’Association l’Arche, qui est internationale; il s’est déjà renseigné ici, mais venir travailler en France , (il le pourrait, il’Arche lui ferait facilement une promesse d’embauche ) n’est pas si facile Enfin, on verra, elle rentre car elle doit faire un stage pour finir son master pro, et elle passe en Février le concours de bibliothécaire. Ceci dit, elle réfléchit sérieusement à un boulot au Canada : mieux payé, plus de postes à pourvoir, autre conception du métier…Au moins pour un temps. Nous lui laissons le choix, c’est son avenir. Mais elle nous manque beaucoup. Je bénis Skype, Internet, les mails et Facebook !

  5. j’aime beaucoup, merci pour cette belle immersion …en automne ça doit être sublime! comme tu as raison d’en profiter! je serai curieuse de goûter un mocha blanc citrouille ça doit être étonnant!

    • J’ai en fait pensé à toi à Montréal car tu venais d’écrire sur tes envies d’ailleurs alors que Paris te pèse un peu depuis un moment. Et de plus ton mari a des origines portugaises alors cette ville serait sans doute un vrai bonheur pour vous. Je n’ai pas essayé le mocha blanc citrouille car je me suis dit que cela devait ressembler au mocha pumpkin américain, un peu trop sucré pour moi. Mais j’adore l’effort québecois de traduire tous les mots anglais en français en comparaison avec la France qui adopte de plus en plus de mots américains dans la vie quotidienne. L’automne touchait à sa fin mais cela donnait encore plus envie d’en profiter avant l’hiver qui est bien long au Québec. A plus tard!

      • merci ça me touche beaucoup 🙂 à l’époque où il était avec son ex-femme il a visité le Québec en hiver et il a beaucoup aimé…il a essayé de me convertir au froid polaire mais je lui ai toujours dis que si je devais y aller ça serait en automne car je raffole littéralement de ce panaché de couleurs (miel, orange, rouge…) à bientôt !

      • J’espère que tu iras à l’automne un de ces jours. 🎃😊

  6. j’y suis allée deux fois, j’aime bien, mais je préfère Québec-ville, Montréal est trop…”américanisé”! 🙂
    http://myvirtualplayground.wordpress.com/2014/07/24/je-reviendrai-a-montreal/
    * * *
    un couple d’amis franco-autrichien (jeunes retraités!) dont les 2 enfants se sont installés au Québec il y a 6 ans, ont acheté leur “cabane au Canada”(sic!) où il passent 6 mois/an… 🙂

    • C’est souvent le débat entre Québec City et Montréal. J’ai bien aimé Québec City et le superbe Château Frontenac vaut le déplacement, particulièrement pour le High Tea qui est somptueux. Une fois dans sa vie c’est super. La ville ressemble tant à Saint Malo et toutes ces villes que j’adore en France, mais je la trouve un peu trop fermée par rapport à Montréal, plus cosmopolite. Mais je vis aux US donc je comprend que ton point de vue soit différent. Tes amis en tous cas ont bien de la chance! A plus tard.

  7. Lovely photographs of a beautiful city!

  8. J’étais souvent à Montréal et Québec City d’enfant. J’adore ces belles villes.

  9. Hi Evelyne. Another lovely post. You have such a poetic way of describing things. I really enjoyed this visit. Hugs! (I left a comment last week from work computer, but it seems it didn’t take.)

    • Montreal is such a great city. For me, of course, there is always the pleasure to speak French with people who are so open minded and kind. They say that the French and Quebecois are cousins so it is always a warm welcome. But I’m pretty sure that I would like the city regardless of this aspect. Thank you, Teagan, for stopping by one more time.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: