Baccalaureate et Graduation(s) Mode d’Emploi

 

photo-166

Vendredi soir la classe de mon fils célébrait le premier jour des festivités qui accompagnent la fin de scolarité dans le secondaire aux US. Je devrais être rodée avec trois filles qui sont déjà passées par là, mais je reste surprise par le décorum dont les américains sont si friands quand il s’agit de marquer les étapes importantes de la vie.

La vie de lycée ou de High School se termine en grande pompe, avec d’abord, dans certaines écoles dont celle de mes enfants, une soirée appelée baccalaureate qui n’a rien à voir avec notre bac français. C’est un évènement qui reconnaît la fin des quatre années de lycée avec des discours de la part d’étudiants, du chef d’établissement, et d’un invité spécial (keynote speaker).

Les discours des élèves sont spontanés pour la plupart et remplis d’anecdotes qui ont marqué la vie des lycéens pendant leurs quatre années passées ensemble.

Le chef d’établissement est un peu plus formel mais le ton reste un mélange équilibré entre humour et émotion.

Le keynote speaker se doit de présenter un discours qui met l’accent sur un épisode de sa vie qui l’aura amené à surmonter un obstacle qui va d’un handicap physique à une dépendance à l’alcool ou drogues, en passant par un accident qui entraine un changement de santé brutal ou la mort d’un être proche. En gros un discours qui inspire des élèves qui s’apprêtent à entrer à l’université et à passer de l’adolescence à la vie adulte.

L’évènement se termine avec la classe entière chantant l’alma mater de l’école. Je suis toujours impressionnée de voir les parents entonner l’hymne alors qu’ils ont étudié dans une autre école. Au lycée de mes enfants, ma tradition favorite est le montage photo qui défile sur grand écran et fonds musical. Chaque élève fournit une photo d’elle ou de lui bébé et une photo récente. Aucun nom n’apparait sur l’écran, et j’adore les rires et les aaaahhh oooohhh de la salle lorsqu’un parent ou un copain de classe reconnait son enfant ou son ami.

Les Etats Unis sont représentés à l’étranger comme le pays capitaliste, dominateur et grosse artillerie par excellence. En réalité, les américains sont beaucoup plus sentimentaux qu’ils ne sont dépeints. Les français m’apparaissent plus réalistes et cyniques, traits de caractère qui parfois me manquent, mais qui mettent aussi un frein au cérémonial scolaire qui, je pense, aide à cimenter une nation.

Le lendemain du baccalaureate les élèves, leurs parents, familles, amis et enseignants  se retrouvent en fin d’après midi pour la cérémonie de remise des diplômes.

Là encore, beaucoup de décorum amplifié par la présence chaleureuse et enthousiaste, parfois très bruyante, des familles et amis. Les élèves défilent au son de la musique jouée par l’orchestre de l’école, revêtus de leur longue robe, portant leur grad hat, ce chapeau bizarre, noir et carré, ainsi qu’une étole.

photo-168

 

Sous la direction du président du bureau des élèves toute la salle se tourne vers le drapeau américain, la main droite sur le cœur, et prête serment.

C’est avec ma fille de quatre ans que j’ai appris le Pledge of Allegiance que tous les immigrés apprennent par leurs enfants dès qu’ils entrent à l’école. Tout comme les évènements scolaires solennels, ce serment contribue, je pense, à unir un peuple pourtant si divers.

Pendant la cérémonie qui dure environ deux heures, les élèves sont félicités pour leurs résultats scolaires et extra scolaires. L’orchestre de l’école accompagne la cérémonie qui se termine avec l’alma mater.

Les familles félicitent leur enfant et leurs copains et les parents des copains. Parents et enfants remercient les enseignants et parlent à tous ceux qui ont partagé ces quatre années si compétitives et épuisantes. Les appareils photos et portables se déchainent. Bouquets de fleurs, ballons et ours en peluche en tenue de graduation sont offerts aux diplômés.

photo-171

Au lycée de mes enfants, la fête continue avec la Sober Grad qui se déroule de 22h à 5 h du matin dans un parc d’attractions local ouvert seulement aux élèves et à quelques adultes qui les encadreront pour la nuit. Le but de la Sober Grad est d’offrir une fête aux ados mais de faire en sorte qu’aucun alcool ne sera servi. L’âge légal pour boire aux USA est 21 ans.

Lundi mon fils entamera ses dernières semaines de classe. Les examens sont finis, les universités ont reçu les transcripts (dossier scolaire complet) et l’école relâche la pression. Mon fils fera de la voile sur un lac voisin pendant que d’autres feront des randonnées à bicyclette ou encore prépareront un musical qui sera au programme pendant deux soirées dans un théâtre de la ville. En bouquet final, Sadie Hawkins, une dance où les filles invitent les garçons.

Deux jours avant la fin des classes, le 5 juin cette année, un voyage à Disneyland conclura en beauté ces quatre années de vie lycéenne. Chaque année le parc ouvre ses portes en exclusivité à des centaines de lycéens californiens qui y passent la nuit. De retour au petit matin les ados s’écroulent.

photo-169

C’est avec un mélange de nostalgie et de fierté que j’ai admiré mon fils défiler avec ses camarades de classe lors de la cérémonie de graduation. Il a travaillé, il s’est super bien amusé et a bien rigolé, si j’en crois ses photos sur les réseaux sociaux. Il a aussi connu les moments plus durs que l’on vit tous pendant l’adolescence, et je le pense prêt pour le college ou l’université comme on dit en France.

Suis-je prête? Il va me manquer davantage encore que ses sœurs, pour la seule raison qu’il est mon petit dernier et qu’avec son départ ses parents doivent se préparer à ce que l’on appelle ici une vie d’Empty Nesters.

Le nid est en effet presque vide. La maison résonne déjà de l’absence des instruments de musique et des cavalcades dans les escaliers.

Serait-il temps pour les parents de penser un peu à eux ?

photo-172

 

Si vous voulez en apprendre un peu plus sur les évènements sociaux liés à la vie scolaire aux USA ainsi qu’aux cérémonies de fin de lycée et de premier cycle universitaire, je vous invite à relire ou à découvrir trois de mes anciens billets.

Je serais aussi super contente de lire ce que vous pensez de ces célébrations Made in USA et d’apprendre ce qui se fait en France, maintenant que je suis si loin.

P. S. Les photos qui illustrent ce billet représentent la tenue très Harry Potter de mon fils, minus le fils.

 

Comments

  1. Eh bien ici, je crois que rien n’a changé depuis l’époque où moi, je passais le bac ! Allez! Je le dis, en toute fin des années 70…Une fête entre copains, y compris avec les recalés ou les admis à passer au rattrapage, et c’est tout. Je crois que certains établissements ont mis en place une sorte de cérémonie aussi, mais moindre par rapport à ce qu etu décris. Cette version américaine me rappelle des films ou séries dans lesquelles on assiste à tout ce décorum. Est-ce bien ? Dans l’idée, oui, parce que c’est un cap important et ici, on ne se rend pas forcément compte de ce qui arrive après. La cérémonie concrétise le cap. D’un autre côté, le système éducatif est tellement différent du nôtre. Ici, chaque bachelier a accès à l’université à faible coût ( pour le moment ! ); aux USA, comme au Canada ou en Grande-Bretagne, il faut quand même avoir de l’argent ou être brillantissime pour être boursier. Ma fille qui doit partir un semestre à Montréal de Juillet à Décembre, grâce à un accord des deux écoles et parce que c’est la France, paiera les frais de l’école française, à savoir à peine 300 €, mais pour d’autres étudiants d’autres pays, ce sont les frais canadiens et là…forcément ça élimine du monde…

    • Merci, lectrice de campagne, pour me donner un éclairage sur la France contemporaine.
      Tu (je crois que l’on peut se tutoyer maintenant!) soulève une question valide: le cout des études supérieures aux USA. L’aide financière est cependant supérieure à ce que beaucoup pensent. Particulièrement de la part des Ivy Leagues (Harvard par exemple aide énormément les familles à faibles revenus si l’étudiant est excellent). Un très bon élève ne sera jamais interdit d’université faute d’argent. Le logement reste pour moi un obstacle financier énorme. Particulièrement dans les villes chères du pays. La France fait des choix excellents en éducation tant en qualité qu’en privilégiant ses dépenses sur l’éducation. Le paradoxe est le taux de chômage qui reste élevé.
      Ton point sur l’éducation à l’étranger reste valide ici aussi. Dans les universités californiennes de mes filles les étudiants étrangers ou venant d’états autres que la Californie sont nombreux. Ils contribuent à la fois à la diversité, qui pour moi reste nécessaire pour un monde plus réussi, ainsi qu’à faire baisser (un peu) les couts pour les étudiants américains puisque leurs frais de scolarité sont supérieurs aux étudiants américains et californiens, ce qui me paraît normal.
      Un système comme tu le dis très différent mais qui (avec ses imperfections) tente toujours beaucoup de garçons et filles venant du monde entier. Merci encore pour ajouter à la discussion.

      • Oui, c’est vrai, les très bons élèves sont très bien aidés, et je pense qu’ici, s’il y a autant d’échecs à la fac en 1ère année, c’est parce qu’il n’y a pas de sélection. C’est très démocratique, mais ça a un revers de médaille, évidemment…Ici aussi, c’est le logement qui grève le budget, en tous cas dans les plus grandes villes universitaires. J’ai des neveux qui ont étudié à Paris et il faut payer cher pour un placard insalubre. A Lyon ( où sont nos deux jeunes, Benjamin en thèse et Pauline en Master recherche + pro ) il faut compter au moins 450 € pour un studio de 18 m2 ( plus c’est petit plus c’est cher ) alors quand il y en a deux…

  2. I am both happy and sad for you, Evelyne: a time of great pride accompanied by a painful realisation of, as you say, the empty nest. I found this extremely interesting, for I know nothing of anything to do with American graduation ceremonies. And you, who have been there and done that before – vous devez l’accepter avec plus de fier que tristesse, je crois …

    • Thank you, M.R. Yes, I am having mixed feelings, of course. But ultimately I am very happy for my son who will go on with his life, the way life should be. I will always be there for him and hopefully he knows it. I have learned a lot through my children, here in the States. High school graduation is a nice closure to years of studies and a tender goodbye to childhood.

  3. It’s interesting to read about this from a different perspective. Congratulations to your son and good luck to you and all your children.

    • Thank you for your congratulation message, Dan. One of my French readers commented above about the absence of such rituals in France. I have discovered so much about this country and its people through my children’s education and life in the American schools. I know that nothing is perfect but I really like the rituals created here to celebrate millestones. Thank you again for stopping by. See you on your blog.

  4. Congratulations to your son and best wishes to you as life takes a new turn.

  5. En France, on ne fait pas de grande cérémonie telles que celles qu’il peut y avoir aux US. Le Bac n’est plus qu’une formalité, dans le bon sens comme dans le mauvais. Des gens qui ont du mal à écrire une phrase sans fautes pourront avoir leur bac haut la main s’ils sont bons en maths ou ont choisi les bonnes options.
    Il n’y a pas de fête particulière, ça se fait juste entre amis et/ou en famille en général.
    Quand j’ai passé mon bac, j’étais très occupée à chercher une appartement pour la première année de fac, c’était vraiment la galère. On cherchait à s’installer ensemble avec mon copain, et on a réussi, mais il a vraiment fallu bien chercher pour ne pas se faire arnaquer. C’est surtout toutes les recherches et le déménagements qui m’ont marqué !!
    La seule chose qui pourrait être spéciale à la France, c’est la fête du “Père Cent”. Environs 100 jours avant le bac, pendant un jour fixé par l’école, les élèves de dernière année se déguisent et vont assister à leurs cours déguiser. C’est la journée pause, censé faire oublier la pression des examens. Je ne sais pas si ça se fait aux US.

    • Merci Mary. Je suis contente d’apprendre quelque chose de nouveau. Je ne connaissais pas du tout le Père Cent. C’est sympa comme idée. Cela ne se fait pas ici.
      Le bac pour moi était aussi déjà très orienté, dès la 4e en fait, les options déterminaient les matières fortes et le type de bac. Cela m’a plu de ne plus faire beaucoup de math!
      Le logement est aussi un gros souci ici pour les étudiants mais seulement en 2e année car la plupart des universités rendent le campus obligatoire la 1re année pour faciliter l’intégration. Ici on partage sa chambre avec au moins une autre personne. Souvent avec deux. Pas très français! Merci encore pour ta visite.

  6. Quelle émotion dans cette description! Ce que j’ai gardé comme image des séries que je regardais ado est donc bien la réalité. C’est certain, les américains ont le sens de la famille et de la célébration, je trouve ça génial! Je vais m’empresser de lire vos billets sur le même thème. En Belgique, une remise des diplômes s’organise la plupart du temps mais c’est loin d’être aussi grandiose et émouvant. Inspirée des séries américaines, j’avais justement insisté auprès de nôtres directrice pour avoir cette partie de discours d’élèves composés d’anecdotes. Dans mon lycée on remettait aussi des prix. Dans les matières mais par exemple le prix de l’élève le plus solidaire aussi. Ensuite on organisait entre jeunes un petit bal, là également, une pâle copie de ce que la télé américaine nous envoyait avec leur fameux bal de promo, les robes somptueuses et la petite fleur accrochée au poignet.

    • Si contente de lire votre commentaire. Merci. Ce que vous faites en Belgique est mieux que ce que nous avions lorsque je vivais en France: rien!
      Quant au bal, nos proms ici, je suis toujours surprise par les longues robes sur des filles qui passent leur temps en jeans et les smokings sur leurs cavaliers(!) qui sont aussi toujours en jeans et T-shirts. La fleur au poignet est le corsage ici et celle dans la poche poitrine de la veste est la boutonniere. Merci encore pour votre visite. A plus tard.

  7. Congratulations, Evelyne! What an exciting – and yet melancholic- time. As a mother, too, I follow every development and milestone with such pride, and then tell my children to stop growing up. : ) I always love to see your thoughts and impressions of traditions in your adoptive country.

  8. Thank you, Kimberly, for stopping by once more and for your kind words. Yeah, you’re right, these events are bittersweet. But since I am a half full glass kind of person, I see the potential for all of us. My son, being the youngest, needs to spread his wings and the parents, busy with children since 1990, are looking forward to new adventures.
    Lots of writing for me, I hope! See you soon on your great blog.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: