Voyage en Californie Mythique

Si vous avez des enfants aux USA votre printemps est rempli d’évènements divers et variés. Si vous avez des adolescents qui s’apprêtent à quitter le nid familial pour poursuivre leurs études à l’université il le sera davantage encore.

Les candidatures aux universités ont été faites cet hiver. Les lettres d’acceptation – et de rejet – sont presque toutes arrivées. Et le moment de dire oui à l’une ou l’autre école approche à grands pas.

Ce week-end mon petit dernier voulait faire un dernier tour rapide de ses options avant de cliquer ‘oui’ sur le site de l’université qu’il choisira.

Fidèle à mon principe : « Une maman immigrée apprend tout par ses enfants » j’ai toujours plongé la tête la première dans les activités scolaires de mes quatre enfants.

Fidèle à mon autre principe : « Voyager à travers son pays d’adoption est la seule façon de mieux comprendre sa géographie, son histoire et la vie de ses habitants, » j’ai sauté sur l’occasion pour faire un petit voyage sur Los Angeles avec mes deux hommes préférés.

Les portes de L.A. s’ouvrent à moins de quatre heures de chez nous. Mais ce n’est un secret pour personne:  la ville est faite de tant de quartiers si différents les uns des autres que l’on passe d’un monde à l’autre en oubliant que l’on est encore à L.A.

Idem pour les tremblements de terre. Alors que nous dinions tranquillement vendredi soir une secousse sismique de 5.1 sur l’échelle de Richter a fait des dégâts importants sur Fullerton et La Brea. Nous étions à une petite cinquantaine de kilomètres et ne l’avons appris qu’à notre retour à l’hôtel uniquement parce que les ascenseurs étaient hors service.

Pour conclure sur une note typiquement SoCal nous nous sommes arrêtés pour visiter la Getty Villa.

Site éblouissant de beauté naturelle : L’océan Pacifique s’étire au-delà de jardins somptueux et se devine derrière presque toutes les fenêtres de la villa qui est une parfaite reconstitution de la Villa dei Papiri, une villa romaine du premier siècle.

photo-137

Site qui nous interpelle aussi : Quelle doit être la place de l’art dans nos cultures ? Est-ce que les fortunes personnelles doivent permettre à des individus de collectionner des pièces d’art venues de civilisations anciennes et disparues ?

Il est vrai que Jean Paul Getty a rapidement ouvert les portes de sa maison au public dans le but de rendre l’art accessible à tous.

Aujourd’hui une collaboration étroite existe entre le département d’art de UCLA et la fondation Getty.

Mais devant les trésors de l’antiquité grecque et romaine – certaines pièces datent de 6 500 ans avant J.C. – on ne peut que s’interroger sur leur place à Malibu.

Comme on peut s’interroger sur le rôle que joue l’agriculture dans la vaste vallée de San Joaquin qui s’ouvre rapidement après avoir quitté Los Angeles. La route vers Yosemite traverse en effet une large section du grenier agricole Californien.

Mon fils, un peu épuisé entre les visites et la décision à prendre quant au choix de l’université, avait disparu entre ses deux écouteurs. Normal, il veut continuer des études de musique. Il fit une brève apparition pour rappeler à l’unité parentale qu’il n’avait pas classe lundi.

Ma première pensée fut, « Il aurait pu le dire plus tôt, on se serait fait un plus long week-end. »

« Et pourquoi ? »

« Cesar Chavez, » lâcha mon fils.

Sa remarque tombait à pic puisque nous venions de passer Bakersfield et arrivions sur Delano.

Si le nom d’Hollywood évoque cinéma et stars dans le monde entier, la petite ville de Delano, coincée entre Bakersfield et Fresno, n’a qu’une résonnance très locale.

Et pourtant.

Delano vit presque exclusivement de la production de fruits.

photo-139

Son nom est encore attaché aux mouvements de protestation des travailleurs immigrés agricoles des années 60.

Tout d’abord lancé par la communauté philippine rassemblée sous leurs leaders Philip Vera Cruz et Larry Dulay Itliong, l’important mouvement de grève de 1966 demandait l’amélioration des conditions de travail et une augmentation salariale des ouvriers agricoles qui récoltaient le raisin. En parallèle, un autre mouvement à prédominance hispanique, dirigé par Cesar Chavez, partageait les mêmes aspirations.

Les deux communautés ne s’entendaient pas, mais leurs leaders réalisèrent le potentiel de leur force s’ils dépassaient leurs différences. Pendant la grève, les deux mouvements se fondirent et formèrent ce qui s’appelle encore aujourd’hui les United Farm Workers of America (UFW).

Mon fils avait raison. Lundi 31 mars est Cesar Chavez Day aux US, et c’est un jour férié dans la majorité des écoles publiques et offices du gouvernement en Californie.

Parmi les jours fériés américains, certains varient en effet selon les états.

Lorsque nous vivions en Nouvelle Angleterre les écoles de mes enfants étaient fermées le deuxième lundi du mois d’octobre, en l’honneur de Columbus Day qui marque le premier voyage de Christophe Colombe aux Amériques le 12 octobre 1492.

Colombus Day n’est cependant pas férié dans les écoles publiques Californiennes, comme Cesar Chavez Day ne l’est pas dans les écoles de la côte est.

Le 28 mars 2014 Président Obama a proclamé le 31 mars comme journée nationale en l’honneur de Cesar Chavez.

Le même jour sortait le film de Diego Luna Cesar Chavez History is made a Step at a Time.

Le film et le personnage Cesar Chavez sont controversés.

De son vivant, Cesar Chavez, descendant mexicain né aux Etats Unis, s’opposait à l’immigration non documentée. En tant que leader syndical il percevait les travailleurs agricoles qui passaient illégalement la frontière entre le Mexique et les US comme des compétiteurs bon marché, nuisant à la cause des travailleurs en situation légale.

Les critiques reprochent au film de ne montrer qu’une façade héroïque de Chavez et de gommer ses contradictions qui pourraient, dans mon opinion, ajouter une dimension encore plus humaine à l’homme.

Les Etats Unis, terre unique d’immigration, vivent actuellement un tournant décisif.

Quelle place donner aux douze millions d’immigrés sans papiers qui y vivent?

Une large majorité d’américains sont en faveur d’une réforme qu’ils savent nécessaire. La façon de la mener, par contre, ne fait pas l’unanimité.

 

En 1966, Cesar Chavez réussit deux exploits :

Avec seulement une poignée d’activistes il entama la longue marche depuis Delano jusqu’à Sacramento (390 km) où il arriva, accompagné de plus de 10 000 personnes, pour protester les conditions de travail et exiger des augmentations de salaires.

Il persuada aussi les américains à travers toute la nation de boycotter les raisins californiens pour obtenir les mêmes objectifs avec succès.

La démarche activiste de Cesar Chavez, avec les défauts que l’on peut lui trouver, s’est déroulée il y a un demi siècle dans un contexte démographique très différent de celui d’aujourd’hui.

En 2014, la population d’origine latine aux US – avec ou sans statut légal – a un poids considérable au niveau démographique et donc politique.

Et les questions de l’immigration et du travail agricole sont encore des sujets brûlants.

 

Récemment, une française me demandait de lui recommander des livres américains pour enfants. En pensant à elle, je vous laisse aujourd’hui avec quelques titres à propos de Cesar Chavez.

Tout comme le film, ils ne décrivent pas l’homme multi facettes que Chavez était, mais portent l’accent sur le rôle crucial qu’il a joué en tant qu’acteur dans les conflits de justice sociale.

 

Harvesting Hope écrit par Kathleen Krull, une auteure spécialisée en biographies et illustré par Yuyi Moralez, une auteure/illustratrice d’origine mexicaine dont j’aime et admire le travail.

A Picture Book of Cesar Chavez écrit par David et Michael Adler et illustré par Marie Olosdotter.

Cesar Chavez : A Hero for Everyone écrit par Gary Soto, un auteur natif de la Californie centrale, et illustré par Lori Lohstoeter.

 

photo-138

Lorsque l’on roule à travers cette partie du Golden State, l’état le plus mythique des US, les différences sociales, allant parfois jusqu’à l’injustice, découlent d’une géographie et d’une histoire tout aussi mythiques. Elles sont encore aujourd’hui juste sous nos yeux.

 

Comments

  1. Uncle Spike says:

    Good old Google Translate – not bad from FR to EN
    Nice post Evelyne 🙂

  2. Super ! j’ai appris des tas de choses dans cet article; sur la villa Getty d’abord, avec les mêmes questions que vous sur la place qu’ont des objets antiques à Malibu ! et puis l’histoire de Céasr Chavez que je ne connaissais pas. Donc : merci Evelyne ( par ailleurs, je constate que nos ados ont un profil quasi universel !!! )

  3. Grande poste. J’ai aussi été à la villa, le poste a ramené beaucoup de souvenirs.

  4. I try to read your French posts, especially the ones about life in America. I use Google translate and it does a pretty good job of revealing the sense of the post but it misses a lot of the subtle differences (I suppose). I made several trips down into CA when I lived in Washington and I was always amazed at the things you can find tucked away in little pockets of your great state. I have never heard of Getty Villa, it sounds beautiful. I did hear an article on the news about Cesar Chavez Day. I doubt you guys would hear anything about Patriots Day if it hadn’t been for the Boston Marathon Bombing last year. I love reading about my country through the eyes of a welcome newcomer. Thanks for another great post.

  5. Merci, Dan, for reading me in French. It seems that Google translator does a decent job. Subtle differences as you put it are the most difficult in any language. Believe me I know about it! The Getty Villa is an interesting place and the history behind is pretty interesting too. The site is naturally gorgeous on a cliff in a narrow canyon. The villa was closed for years for renovation and reopened in 2006. It was almost impossible to visit back then since you need to book your day and time. You can visit on your own but the access is by car (this is L.A. after all) and parking off the street is forbidden.
    Cesar Chavez is a big deal in Central California since we have a large Hispanic community. I read a good post on Mona’s blog today: http://alvaradofrazier.com/
    You can stop by if you’ve got a minute; she’s a great writer with Latino roots.
    I know about Patriots Day since we’ve lived near Boston for five years. My son was born there. As a cool fact this is on Patriots Day that I was interviewed for my citizenship years ago.
    I agree that unfortunately that day is tarnished by last year bombing. Too bad.
    Thanks again for your visit.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: