De l’Affordable Care Act en passant par l’Ukraine

Cette semaine j’avais ma visite médicale annuelle – ici on appelle cela un checkup. Les médecins américains sont très insistants sur ces visites de routine. Un peu comme les concessionnaire auto pour votre voiture sous garantie.

Une visite typique inclut une prise de la tension artérielle, de la température, un passage sur la balance, une analyse de sang ultra rapide qui permet de dépister un taux de cholestérol et de sucre trop élevé et un taux insuffisant de fer. En prime un questionnaire incluant votre consommation de café, d’alcool, de cigarettes, de médicaments et autres drogues. Et l’option du dernier vaccin sorti, pour ne pas attraper la grippe ou la pneumonie par example.

Je suis arrivée une demi heure en avance chez mon médecin.

« Il y a de longues files d’attente, » m’a informée la réceptionniste quand j’ai pris mon rendez-vous. « Avec l’Affordable Care Act, vous comprenez ? » Soupir.

« Je comprends. Mais ma situation n’a pas changé. Je suis toujours assurée et j’ai toujours la même assurance. »

« Vous devez cependant vous inscrire. La queue sera longue. » Soupir.

« Pas de problème. »

En fait, comme tout le monde, je déteste faire la queue. Mais je me dis que c’est pour la bonne cause.

Plus de gens qui mettent à jour leur assurance santé pour se faire soigner c’est une bonne nouvelle.

Ne dit-on pas en France : « Tant qu’on a la santé? »

Donc je suis arrivée en avance. Il n’y avait pas de queue mais une petite dizaine de personnes sont arrivées pendant que l’une des quatre jeunes femmes chargées de vérifier les informations des patients s’occupait de mon dossier.

Pendant qu’elle tapotait sur son ordinateur on a un peu papoté.

« Aujourd’hui c’est calme, » m’a t-elle dit. « Mais on a eu pas mal de passage les semaines dernières. Je m’attends à un mois de mars chargé.  La date limite pour l’enrôlement est le 31. »

A côté de moi une femme trop jeune pour être sur Medicare (programme fédéral qui couvre les américains à partir de 65 ans) et trop riche pour bénéficier de Medicaid (programme fédéral pour les individuels et familles à faible revenu), demandait des informations sur Covered California.

Covered California est une sorte de grand magasin ouvert et tenu par l’état de Californie. Diverses assurances sont vendues par Covered California. Toutes remplissent les nouvelles conditions requises par la loi fédérale passée avec le Patient Protection et Affordable Care Act.

Après avoir entré mes infos la réceptionniste m’a envoyée dans la salle d’attente. J’y suis restée vingt minutes. Parfait pour trier mes messages sur mon iPhone.

C’est dans la salle d’examen que les choses se sont gâtées. J’ai attendu mon médecin  pendant quarante cinq minutes.

« C’est à cause de l’Obamacare, » m’a t-elle dit quand elle est finalement arrivée.

« Oh, ce n’est pas grave. » J’avais finalement purgé mon iPhone.

« Cet Obamacare! » a répété mon médecin. « On doit tout entrer dans l’ordinateur. »

Un des changements est en effet la codification des actes médicaux. A la fois pour améliorer les études de santé dans le pays et vérifier les honoraires médicaux.

Mon médecin a soupiré.

Mon médecin, je l’aime bien.

Elle est arrivée d’Ukraine juste après la chute du mur de Berlin.

Ses manières un peu abruptes cachent une véritable chaleur humaine.

« Etes-vous inquiète pour l’Ukraine ? » lui ai je demandé pendant qu’elle tapait fiévreusement sur son laptop.

Elle a levé la tête et un voile fugitif est passé à travers ses yeux sombres.

« Ah l’Ukraine. C’est horrible ce qui s’y passe… » Elle a baissé les yeux et a terminé son rapport pendant que je me rhabillais.

L’Ukraine j’y suis allée quelques années avant que le mur de Berlin ne tombe. A Kiev des filles de mon âge voulaient que je leur donne mes boucles d’oreilles et mes magazines de mode. Je leur ai tout donné en echange de conversations inoubliables. Leur anglais était impeccable et quand, dans mon anglais nettement plus approximatif,  je m’en suis étonnée elles m’ont répondu que lire et parler l’anglais était leur seule possibilité pour entrer en contact avec l’ouest.

L’Ukraine en 2014 a de bonnes raisons pour être toujours attirée par l’Europe.

Mon médecin a des excuses pour trouver les obligations de l’Affordable Care Act un peu lourdes.

« A l’année prochaine, » m’a t-elle dit avant de s’engouffrer dans la salle d’examen voisine. « Gardez votre bonne santé. »

Ma vie m’est apparue bien simple et bien facile.

photo-102

Comments

  1. Euhh êtes vous sûr de ce que vous dites ?

  2. Humm êtes vous sûr de ce que vous nous écrivez ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: