Tout Va Vite

Ce matin quand je me suis levée, le frigo regorgeait de toutes sortes de bons restes. Mais rien ne ressemblait vraiment à ce que tout le monde s’était promis de manger en 2014 pour en faire une année placée sous le signe de la santé.

« Tu penses ce que je pense ? » ai-je dit à mon mari qui en fait se serait très bien contenté du contenu du frigo.

Il a hoché la tête.

« C’est pour tes résolutions de nouvelle année, » lui ai-je rappelé.

Moi, je n’en fais jamais trop. Elles paraissent toujours très accessibles le 31 à minuit et déjà beaucoup plus challenging le 1er au matin.

Alors nous sommes allés faire une ballade – première étape pour une année placée sous le signe de la santé. Ensuite nous sommes descendus au petit supermarché en bas du village.

Il était ouvert et si le parking était vide – il n’était que 10h30 après tout – le personnel était sur le pied de guerre.

Tous étaient très affairés à remplir des chariots déjà bien chargés.

Evidemment puisqu’en Californie on entre dans la nouvelle année après tout le monde – juste devant Hawaï – on met les bouchées doubles pour rattraper le temps perdu.

Le blues n’était pas très loin quand j’ai vu que tout ce qui ressemblait de près ou de loin à Noël et au Nouvel An avait disparu.

La fête était finie et bien finie.

Adieu le rouge, le vert, le doré, l’argenté de décembre.

Mon mari s’est emparé du chariot qu’il a rempli sans se soucier des employés qui rangeaient aussi les moufles, les gants et les bonnets. Tout ce qui pouvait rappeler l’hiver disparaissait aussi. Moi j’avais un peu plus de mal à accepter le “Circulez, il n’y a plus rien à voir.”

J’ai reçu l’une de mes premières leçons de culture américaine le 2 janvier 1991.

Toutes les cartes de vœux avaient disparu des magasins et je n’ai pas pu souhaiter une bonne année à ma famille et amis. Ils ont pensé que l’Amérique c’était un peu trop speed. Je me suis aussi interrogée.

Ce matin avait décidément un goût de déjà vu.

Je vous laisse juges. Parfois les photos suffisent.

photo-87photo-88

Au retour j’ai glissé T’as Pas Le Temps de Catherine Lara dans le lecteur de CD.

Après j’ai mis Vite d’Alex Beaupain.

Parfois, vous voyez, j’ai besoin des français pour me remettre sur pied avant de commencer une nouvelle année.

A tous et à toutes : Bonne Année et que votre vœu le plus cher se réalise.

P.S. Le livre prévu en 2013 arrive…

J’ai un peu trop écouté les chanteurs français l’année passée et j’ai pris mon temps.

%d bloggers like this: