Mon Thanksgiving

photo-27De temps en temps je paie une petite visite à mon blog.

Le risque de se répéter existe et je veux éviter de radoter.

Mais pour Thanksgiving c’est dur de se renouveler.

La date est toujours la même : le quatrième jeudi du mois de novembre.

Le but de la célébration est toujours l’expression de sa gratitude pour l’abondance matérielle mais surtout affective qui permet de passer une belle année.

L’heure du diner ne varie que peu. Le début des festivités commence entre 13h et 15h. Le diner en soi vers 15h/16h.

Le menu ne varie pas davantage. La dinde, à moins d’être végétarien, reste la star du jour.

Moralité : il est difficile d’être très créatif quand on veut raconter Thanksgiving aux français.

Alors j’ai un peu pompé dans mon blog de l’an dernier avec des exclusifs 2013. Je l’avais écrit après Thanksgiving et cette année je vous l’offre la veille.

Les photos sont toutes prises localement et elles illustrent pour moi le meilleur de cette fête américaine qui reste ma préférée.

La dinde, les haricots verts, les pommes de terre douce, les tartes au potiron et aux noix de pécan n’apparaissent vraiment sur les tables américaines que pour Thanksgiving.

photo-31

Le menu est orchestré autour de la dinde. Comme on est aux US et que d’autre part Thanksgiving est l’occasion de rassembler les familles éparpillées aux quatre coins du pays, la dinde est dodue. La mienne pèse 13 livres soit presque six kilos. Comparée aux dindes moyennes elle est rachitique, mais les sandwiches à la dinde trois jours plus tard on a déjà donné, donc nous optons pour une taille raisonnable qui permet de passer à autre chose pendant le reste du week-end.

Comme nous vivons en Californie – temps très ensoleillé à cette période de l’année, nous grignoterons vers midi pour nous mettre en appétit et aussi permettre d’attendre quatre heures pour passer à table.

Ce sera terrine de saumon, gougères et tapenade aux olives, dehors sur la terrasse, en shorts et T-shirts. Je sais, vous rêvez en lisant cela. Mais n’oubliez pas que nous dépassons les 40 degrés Celsius en été, alors nous méritons notre automne somptueux.

Mon mari est sacré chef des soupes depuis qu’il a créé pour Thanksgiving une soupe à la carotte, veloutée a souhait, il y a quelques années. Depuis il est passé à la vitesse supérieure et nous aurons droit cette année à une bisque de crevettes.

La dinde cuit trop longtemps pour l’impatiente que je suis. Alors les petits plats – side dishes – sont ma spécialité. Pommes de terre douces et carottes se marient très bien surtout avec un peu de noix de cajou. Pommes de terre ordinaires et navets parfumés à la sauge. Pas mal non plus. Je fais moi même la gelée aux cranberries – ma sœur et une copine m’ont dit que vous étiez passés des canneberges et des cranberges à leur traduction américaine.

Beaucoup d’américains achètent leur Cranberry Jelly en boite. Mes enfants aimeraient bien aussi, mais depuis que je les ai convaincus d’essayer la mienne j’ai marqué un point. Cette année j’en ajoute une au gingembre confit. On ne forme pas des gourmets en n’utilisant que de la cannelle.

photo-34

Les haricots verts et les légumes verts ne sont pas le forte des américains, mais ils  apparaissent comme par miracle la semaine de Thanksgiving.

Les desserts incontournables seront à notre table. Mes filles adorent la tarte au potiron que vend Costco – un entrepôt monstrueusement grand qui fournit des produits en gros donc peu chers – et une fois par an je cède à la pression. Cela me fait un dessert de moins à faire et que je le veuille ou non mes filles sont plus américaines que françaises. Tant pis si parfois elles préfèrent les plats industriels aux petits plats maisons.

J’aime faire un dessert nouveau à chaque Thanksgiving.

Cela devient un problème car si mes enfants aiment le dessert ils le réclament pour le prochain Thanksgiving. On se retrouve donc avec assez de desserts pour ouvrir une pâtisserie française. Mais le week-end de Thanksgiving dure quatre jours et la compagnie a bon appétit.

Mon dessert de cette année sera une crème anglaise au gingembre pour accompagner un gâteau très simple mais cuit dans un moule en forme de dinde. Ne riez pas! Le gâteau est un must pour mon fils qui n’a pas la sweet tooth de ses sœurs.

Et puis en bons français, on arrosera notre diner au Beaujolais Nouveau.  Il se marie étonnamment très bien avec la dinde. Certains trouvent le Beaujolais trop léger. Mais chez nous nous préférons les vins français de pays aux vins californiens plus lourds en sucre. Et oui, certaines choses ne changent jamais.

photo-35

Les américains se déchainent en déco pour Thanksgiving. Les magazines et magasins donnent des idées plusieurs semaines avant le grand jour. Bougies, mini citrouilles, nappe et serviettes en… tissu – pour une fois – font leur apparition.

Chez moi on fait pareil.

photo-30

Mais je dois dire à ma grande tristesse que depuis deux ans la déco Thanksgiving est en chute libre. La raison derrière est simple. Thanksgiving, contrairement à Halloween et aux fêtes de fin d’année, n’a rien de commercial.

A part cuisiner pour sa famille et ses amis, il n’y a pas d’échange de cadeaux, si ce n’est le bouquet de fleurs ou la bouteille de vin si on est invités quelque part.

Donc les magasins ont tendance à commencer leurs décorations pour les fêtes de fin d’année avant Thanksgiving. Au cas ou on oublierait.

Et puis il y a ce ridicule Black Friday. Les magasins ouvrent dès minuit et parfois plus tôt le soir de Thanksgiving pour appâter les clients avec des soldes monstrueuses. Il n’y a pas d’heure pour le shopping.

J’aime vivre aux US et en bonne immigrée je célèbre avec ferveur toutes les fêtes et traditions.

Mais le Black Friday ? Encore trop française.

Demain ma famille sera réunie et une fois encore nous exprimerons notre gratitude d’être ensemble et de disposer de plus que la moyenne pour pouvoir vivre pleinement nos vies.

Thanksgiving c’est tout d’abord la mémoire des Pilgrims qui ont peuplé la côte Est des Etats Unis et qui ont traditionnellement célébré leur première récolte avec les tribus indiennes natives de ce qu’est maintenant la Nouvelle Angleterre. Par extension, Thanksgiving est la fête qui célèbre l’immigration américaine.

Pas surprenant qu’elle soit ma favorite.

photo-25

Une fête traditionnelle, un rien kitch, mais généreuse.

Comme les States.

Trackbacks

  1. […] n’est pas mon premier Thanksgiving et vous pouvez lire ici et là, si le cœur vous en dit, pourquoi j’aime tant cette […]

%d bloggers like this: