Week-end Californien

Très vite après mon arrivée en Californie en 1990, j’ai compris que les américains avaient inventé le mot ‘weekend’ mais que seuls les français vivaient leur fin de semaine.

Les années ont passé et certains français voudraient travailler le dimanche alors que certains américains tentent de séparer un peu mieux travail et loisir. Par exemple, ils essaient de manger sans leur portables.

En ce qui concerne les examens scolaires, rien n’a changé et les élèves américains passent le SAT (une version du bac pour simplifier) le samedi.

Aujourd’hui c’est le tour de mon fils, ce qui me donne une occasion (américaine) de me lever tôt et d’attaquer le week-end de bon pied.

Seulement voilà, un week-end d’automne réussi pour moi passe par une randonnée ou au moins une longue ballade dans Yosemite.

Je ne vous apprends rien en vous disant que l’une des conséquences directes du  shutdown partiel du gouvernement fédéral américain est la fermeture de tous les parcs et monuments nationaux. Même ma maman l’avait appris sur France 2 quand je lui ai téléphoné hier.

Sur la route 41 qui relie le sud de la vallée à l’entrée de Yosemite il y a un panneau lumineux qui annonce tour à tour les accidents, les kidnappings et incite également les conducteurs de quatre roues à respecter les deux roues, à ne pas texter au volant, à attacher leur ceinture, à contacter la police pour signaler un conducteur en état d’ivresse…

Depuis mardi matin voici le panneau lumineux tel qu’il apparaît sur la route que j’emprunte pour aller au lycée et pour acheter mon French bread et aussi dans les journaux locaux.

panneauyosemite

Et voici l’entrée sud du parc de Yosemite.

Comme me disait mon mari – un vrai news junkie doté d’une mémoire d’éléphant  – « ce shutdown est déjà arrivé en 1995 et 1996 quand Clinton était président, à propos du financement de Medicare (programme de santé pour les plus de 65 ans), l’éducation et la santé publique. »

Moi je devais changer les couches de bébé fille numéro 3 et bébé garçon numéro 1 et gribouiller des petites histoires pour mes deux grandes à cette époque parce que mes souvenirs sont différents de ceux de mon mari.

Comme quoi vivre à deux c’est important pour couvrir à la fois la mémoire familiale et collective.

En 1995 et 1996 ce shutdown du gouvernement avait duré moins d’un mois au total.

Mais attention, à la différence de Speaker John Boehner et Président Obama, Speaker Newt Gingrich et Président Clinton se parlaient.

L’autre différence aussi c’est que je ne pense pas que la raison de l’absence de communication entre M. Speaker et M. Président soit pour donner l’occasion à Barack Obama de faire son Bill Clinton.

« En effet, » comme me le rappelait mon mari, « Bill Clinton a eu l’occasion de rencontrer Monica pendant ces journées quand la Maison Blanche devait ressembler à une grande maison sans les parents pour surveiller. »

Je m’en rappele ! Mais sans doute parce qu’aucune femme n’oublie jamais une histoire de petite robe boire.

Fait réel que Le Monde a rappelé dans les mêmes termes que mon mari dans une édition récente. Il ne m’avait pas dit qu’il s’était mis au journalisme.

Comme ce shutdown fait beaucoup parler de lui, on oublie sa raison principale qui est la réforme de la santé.

Plutôt un succès même s’il est prématuré de clamer victoire. Espérons que suffisamment de jeunes américains en bonne santé signeront spontanément et accepteront de cotiser pour prendre en charge les millions d’hommes et femmes plus âgés et en moins bonne santé. Mais franchement je dis bravo à cette initiative que personne jusqu’alors n’avait poussée si loin.

Ici en Californie une autre loi a été votée dans la plus grande discrétion. Les immigrés sans papiers peuvent dorénavant obtenir un permis de conduire californien à condition de prouver leur résidence en Californie, passer le test de conduite et s’assurer.

En tant qu’immigrée qui a appris à conduire en Californie et qui vit en Californie je respire. Descendre le Pacheco Pass pour aller sur Berkeley ou San Francisco est devenu à la fois une aventure d’Indiana Jones, un slalom géant, un parcours d’obstacle, alors oui au permis de conduire pour tous.

Comme je me rends sur Berkeley dans deux semaines je pourrai juger sur le terrain de l’efficacité de cette nouvelle loi.

En attendant bon week-end !

 

%d bloggers like this: