Des Histoires de Citrouilles, de Politique et de Roman

Un automne spectaculaire est arrivé sur la Sierra. Ici nous passons trop souvent d’une saison à l’autre sans vraie transition. Mais cette année la fin de l’été correspond avec le début officiel de l’automne. HPIM3646 Les magasins ne sont pas en reste et les vitrines qui présentaient les T-shirts à manches longues en pleine canicule sont maintenant d’actualité. Les rayons des supermarchés regorgent de produits aux saveurs de l’automne avec un zeste d’Halloween et de Thanksgiving. Pumpkin tea, pumpkin cookies, pumpkin bread… Pour une fois un mot sonne mieux en anglais qu’en français. Pumpkin a un je ne sais quoi de festif que n’ont ni citrouille ni potiron. Vous ne trouvez-pas? Les décorations les plus simples sont toujours celles qui font craquer la française que je redeviens devant les épis de maïs démesurément grands et les bottes de paille empilées sur les parkings en prévision de la vente des citrouilles joufflues qui décoreront les pas de portes américains jusqu’à la nuit d’Halloween. Elles disparaitront pour faire place aux courges et potirons miniatures pour Thanksgiving. On ne traine jamais aux States. Une fête cède le pas à une autre. A part le gouvernement, of course. La réforme des plans de santé fait parler d’elle. La cour suprême a réfuté le fait que la santé pour tous était anticonstitutionnelle. On pourrait penser que l’eau a coulé sous les ponts et que l’histoire est réglée. Il n’en est rien. A cinq jours de l’application des mesures qui permettraient à des millions d’américains de se faire assurer à des prix raisonnables et sans se soucier de leur condition de santé préalable, l’opposition bat son plein, essayant de retarder le vote et si possible de tuer la réforme appelée tout simplement Obamacare. Cela paraît sans doute inconcevable à un français mais l’Amérique reste divisée sur ce point. En fait depuis 2008 le pays est systématiquement divisé en deux. En parallèle le budget gouvernemental pourrait ne pas être voté, renvoyant des dizaines de milliers de fonctionnaires chez eux. Conséquence directe : la fermeture des parcs nationaux. Oh non, pas ça, please ! Pour ne pas risquer de me faire coincer, je passe la journée de samedi dans le parc de Yosemite. Photos assurées pour la semaine prochaine. Comme j’aime faire d’une pierre deux coups, j’en profiterai pour faire un peu de recherche pour mon nouveau roman pour ados. La deuxième partie se déroule en effet dans Yosemite. J’ai trainé les pieds pour le premier jet de ce nouveau projet mais je suis repartie de l’avant avec le but de le terminer pour Thanksgiving. Comme le mois de novembre est Nanowrimo (National Writing Month) je n’ai aucune excuse. Cela ne vous empêche pas de me souhaiter bon courage.

%d bloggers like this: