Le Rim Fire

Lorsque je suis entrée la première fois dans Yosemite, je savais que je reviendrais aussi souvent que possible.

SAM_1582

Et j’ai en effet usé un certain nombre de paires de chaussures à parcourir les sentiers battus et moins battus du parc national le plus visité des USA.

Si les températures restent estivales jusqu’à Halloween dans les collines de la Sierra Nevada où je vis, il est fréquent que le froid et un peu de neige arrivent dès cette période en altitude.

L’an dernier je suis allée à Ostrander Lake début octobre. Une semaine plus tard, le lac recevait sa première chute de neige.

Depuis une semaine un incendie gigantesque fait rage dans la partie nord ouest du parc. Il est d’abord apparu dans la distance comme un champignon nucléaire trop blanc pour évoquer un incendie. Se contentant de dévorer les arbres à l’extérieur du parc, le Rim Fire menace maintenant les forêts millénaires des séquoias géants.

Dimanche matin je discutais encore avec mon amie des ballades que nous pouvions envisager début septembre. Les montagnes à l’horizon se dissimulaient derrière un rideau de fumée, et pourtant pour nous qui vivons au sud de Yosemite, la situation nous semble irréelle si nous ne regardons pas le ciel avec attention. La qualité de l’air n’a en effet pas été affectée, et le risque d’évacuation ne nous menace pas.

A cause des vents c’est la ville de Reno, dans le Nevada, qui est le plus touchée par la pollution de l’air. San Francisco située tout comme Reno à 120 miles de l’incendie ne l’est pas.

L’état d’urgence déclaré par le gouverneur Jerry Brown concerne les problèmes d’électricité éventuels pour les infrastructures publiques de la ville, approvisionnées par la centrale électrique du réservoir/barrage de Hetch Hetchy. Les particuliers reçoivent leur électricité par PG&E (Pacific Gas and Electricity). Quant à l’eau du réservoir également acheminée sur San Francisco et une partie de la baie, elle a été testée et ne pose pas de problème de consommation.

La cause de cet incendie est sous investigation. Ici les locaux pensent qu’il a démarré à cause d’une série d’orages violents mais secs. En effet le soir où l’incendie a débuté les éclairs déchiraient le ciel, et quelques gouttes de pluie chaude et épaisse sont tombées dans la vallée. Au sud de ma maison la foudre a privé d’électricité des centaines de résidents pour plus d’une journée. Il est donc probable que la foudre soit la raison de cet incendie.

Les températures exceptionnellement élevées de cet été, la sècheresse des deux dernières années, et une végétation envahissante (Jadis on brulait les arbres pour éclaircir les forêts. A travers Yosemite les rangers également brulent de façon contrôlée des secteurs de végétation trop envahissante. Mais certains endroits du parc restent inaccessibles, d’où l’impossibilité de défricher efficacement) sont autant de facteurs qui augmentent les risques d’incendie dans cette région et rendent le travail des pompiers très éprouvant.

Hier soir les températures restaient élevées ici mais plus fraiches en altitude. Le ciel n’était que partiellement étoilé – les étoiles ici sont merveilleuses par temps clair – parce qu’une zone grise dissimulait les montagnes qui d’habitude se découpent sous mes yeux.

Si seulement ce gris annonçait la pluie.

Les vents ce matin n’ont pas changé. Il fait un peu plus frais mais la bataille fait rage à quelques quarante miles de chez moi.

%d bloggers like this: