Une Marmite Pas Très Française

Les mots me passionnent. Surtout quand ils naviguent d’une langue à l’autre et changent de sens.

Quand on élève des enfants entre la langue française et la langue américaine il y a certains moments de confusion. Souvent amusants, je dois dire.

Quand mon fils était petit il a traduit adorablement la phrase : « My name is Peter »  par: « Mon nom est caillou. » Je venais de lui dire que Peter était Pierre en français.

Sa sœur ainée a eu du mal à se faire comprendre en maternelle quand elle a demandé à sa maitresse de lui aider à nouer les lacets de ses baskets, qui sont des paniers en anglais. Les baskets françaises sont des sneakers aux states.

Toujours mon fils, des années plus tard, alors que je mentionnais avoir vu de jolies robes en vitrine, pensait que je parlais de peignoirs de bain.

Je n’ai que de la compassion pour eux. J’ai eu la chair de poule et un chat dans la gorge aux U.S. avant de savoir que les américains ont la chair d’oie et une grenouille dans la gorge.

Toujours l’oreille aux aguets quand un mot français apparaît au milieu d’une phrase en anglais, j’ai été intriguée hier matin en attendant à la radio parler de la fin de la pénurie de la marmite en Nouvelle Zélande.

Par hasard je venais juste de terminer un livre dans lequel l’auteur, un britannique, évoque régulièrement son penchant gastronomique pour the marmite.

La paresseuse que je suis n’avait pas pris la peine de rechercher davantage.

Mais cette marmite a commencé à bouillir et j’ai monté le volume de mon autoradio.

Le journaliste a expliqué que la pénurie de la marmite avait commencé après un tremblement de terre en 2011 en Nouvelle Zélande qui aurait affecté l’usine de fabrication donnant suite à une véritable panique dans les magasins d’alimentation à travers tout le pays. Un simple pot de marmite pouvait être vendu aux enchères pour $800. Quel mets ferait craquer un français à ce prix là? Hier la fabrication a repris en Nouvelle Zélande pour la grande joie des gourmets mais la vente est limitée à deux pots par personne.

Toutes ces discussions à propos de la marmite m’avaient mis l’eau à la bouche et plus intriguée que jamais je suis allée interroger monsieur Google.

La définition du produit est un peu confuse et la recette confidentielle. On dit que c’est soit la passion ou le dégout pour cette pâte très salée à base de levure de bière qui s’étale sur des toasts, du pain, des biscuits à apéritif ou encore sur des tranches de fromage – pas certaine que nos fromages français soient très adaptés.

Nutrition? La marmite c’est pas mal si on n’en abuse pas, sans gluten, beaucoup de végétariens en consomment pour compenser l’absence de viande.

Consommateurs: le Royaume Uni, l’Australie, la Nouvelle Zélande et l’Afrique du Sud. Il y aurait aussi des versions allemandes et suisses.

Pleine de curiosité je me suis arrêtée à mon petit supermarché local.

Si les anglais, les australiens, les suisses, les allemands, les sud-africains, et les kiwis – Google a confirmé que c’est le nom donné aux habitants de la Nouvelle Zélande –  ont tous concocté des versions de la marmite, les américains toujours si créatifs, ne pouvaient qu’en avoir fait autant. Et bien non, la marmite n’est pas en vente partout aux U.S. Les magasins specialisés en produits d’exportation européenne et en produits bio le vendent parfois, mais nos Safeway, Vons et Raleys – les jumeaux des Auchan, Intermarché et Leclerc français – ignorent la marmite.

Pour le moment, pas grand chose en commun avec nos marmites françaises. Pourquoi alors avoir choisi ce nom?

Jusque dans les années 1920, la marmite était vendue dans des petits pots de terre au ventre rond. Ils ont été remplacés par des pots de verre et plus tard en plastique. Est-ce suffisant pour justifier le nom?

Après les petites palmiers, les tartes à la Mode, les marmite croissants, et le French bread, vendus et consommés à l’étranger, j’en déduis que le nom marmite donne une irrésistible connotation gourmande à ce produit qui n’a de français que son nom.

Cela étant, en bonne française que je suis restée quand il s’agit de nourriture, je suis maintenant tentée de plonger dans la marmite.

%d bloggers like this: