C’est Toujours Mauvais la Première Fois

C’est dur d’admettre que la première version d’une histoire ou d’un roman est toujours mauvaise.

Un auteur américain que j’aime bien, Anne Lamott, appelle ces pages ‘the shitty first draft’ et c’est vrai que souvent ce n’est pas terrible.  Tous ces mots lâchés sans contrôle ont besoin d’aide. Mais c’est dur, dur, dur de réécrire et souvent on se dit que l’on verra plus tard.

Il y a deux ans j’ai écrit pour mes enfants et pour mon mari une série d’anecdotes liées a mon immigration de France aux USA. J’ai fait photocopier et relier les 170 pages pour en faire un petit livre. C’était un cadeau pour célébrer mes 20 ans de vie aux US.

Par hasard, l’une de mes amies l’a eu entre les mains. Cette amie écrit et plusieurs de ses livres ont été publiés.

« C’est intéressant, » m’a t-elle dit. « J’ai bien aimé tes histoires. Le ton est agréable pour le lecteur. As-tu considéré en faire plus qu’un livre uniquement pour ta famille ? »

« Peut-être, » ai-je avoué. Après tout lorsque l’on écrit, on a envie de faire partager. « Alors, » mon amie m’a dit. « Il faut que tu le réécrives. »

« Pardon ? »

« Tu dois commencer beaucoup plus loin. Tu dois condenser. Tu dois créer des personnages en plus de toi. Tu dois faire comme si tu écrivais un roman. Tu dois… »

Sa liste était interminable.

En gros, ce que mon amie avait lu était le ‘shitty first draft’ d’Anne Lamott.

Alors après avoir marmonné que vraiment j’y avais passé du temps sur ce premier jet et que peut-être finalement il devait rester médiocre, j’ai reconnu que mon amie avait raison. Comme elle est suffisamment impartiale, elle m’a aussi donné une liste de tout ce qu’elle avait aimé. La liste était suffisamment longue pour que je prenne mon courage à deux mains et que je me mette à la deuxième version de mon travail.

C’est ce que j’ai fait pendant les vacances d’hiver et depuis lundi, jour de la rentrée de l’école.

Aujourd’hui j’ai fini !

Et vous savez quoi ? Je vais le passer à mon amie.

« Tu veux en faire un livre ? » elle me demandera.

« Bien sur. »

« Alors tu dois réécrire. »

« Où est ta liste ? »

La liste sera moins longue – j’espère – et je me remettrai au travail.

Ce livre je le veux.

 

S….. First Draft

It’s hard to admit that the first version of a story, a novel or a memoir is always bad.

Anne Lamott said it all when she wrote about the ‘shitty first draft’.

Two years ago I wrote a collection of stories for my husband and my children to celebrate my twenty years in the US.

I went to Kinkos and printed five copies of my 170 pages, which bound, made a little book. One of the members of my critique group read it. She is several times published and I trust her opinion very much.

“Have you considered,” she said. “To make it more than a personal gift to your family?”

“Like a book?” I asked.

“Yep.”

“Maybe.” When we write, we all would like to share our stories, right?”

“Then,” my friend said. “You have to rewrite it.”

“What?”

“You have to start at chapter 4. You have to create secondary characters. You have to condense. You have to get a narrative arc. You need…”

Her ‘you have to’ list was endless.

She had definitely read the ‘shitty first draft’ of Anne Lammott.

Maybe, I thought, I don’t need to make a book, maybe it’s what it is and will remain as is. Since a good critique fellow must try to be as impartial as can be, my friend gave me also a list of things she had liked in my manuscript. And there were enough good things to make me reconsider the project.

That’s how I spent most of the school winter break and today I’m finished!

I will see my critique friend and guess what?

“You want to make a book?” she will ask me.

“Of course.”

“Then you must revise this manuscript.”

“Where is the list?”

Hopefully, her ‘you have to’ list will be shorter but I will return to work. That I know.

But I really want that book.

%d bloggers like this: