Cheyenne, Wyoming

L’autoroute 80 West après l’Iowa trace sa route à travers les grandes plaines du Nebraska et du sud du Wyoming. Aussi moderne qu’elle puisse être, comparée aux pistes empruntées par les 400 000 hommes, femmes et enfants qui, avec chevaux et chariots, se dirigèrent entre 1840 et 1850 vers l’Oregon et la Californie, l’autoroute est encore aujourd’hui la route empruntée par la majorité de voyageurs pour quitter le cœur de l’Amérique et se diriger vers l’ouest.
Buffalo Bill, la rivière Platte, le Pony Express sont autant de noms qui attestent de l’incessant désir américain de bouger, de pousser plus loin les frontières.
Ce soir je suis à Cheyenne, Wyoming, à la lisière du sud de l’état, la dernière limite avant les Rockies formées par l’Idaho, le Montana et le Wyoming du nord.
La salle du restaurant est pleine en ce dimanche soir. Il y a eu un anniversaire de mariage ce midi et certains invités prolongent la fête avec un diner en famille.
Les hommes portent des Wrangler et des chemises blanches, bleues, ou écossaises. Tous ont les bottes aux pieds, le ceinturon et sa boucle brillante à la ceinture et l’inimitable Weston sur la  tête. Pendant le diner, les chapeaux sont glissés  soigneusement sous les chaises. Les femmes portent aussi le jean mais aussi des robes et jupes d’été. Il fait un temps superbe ce soir et les lièvres s’en donnent à cœur joie sur les pelouses qui entourent le restaurant et l’hôtel.
Paris me semble très loin. L’élégance française est incomparable mais un vrai cowboy en jeans et chapeau ce n’est pas mal non plus. 
%d bloggers like this: