Sweet Life In the Land of Outlaws

When my parents visited me in the US for the first time in the 90s, many things surprised them. Most changed the idea they had of the US and of the American people. Two of them remain vivid in my memory. They are symbolic of perhaps one of the major difference between living in France and in the US.
My mother was concerned that someone would steal the stamped letters I was leaving in my mailbox for the mailman.  My father asked me why nobody took the newspaper left in the driveway. Both were worried that I didn’t double-check each and every one of my doors and windows before leaving home.
I was living then near San Francisco and later in the Boston suburbs. Busy areas, packed with people and traffic, and their reasonable amount of delinquency.
My parents have spent their entire life in Normandy, in a small, quiet village with all the appearances of complete safety, and yet their mailbox has a key, their neighbors pick up their mail when they are gone for the day, and they lock their door when they go buy their baguette, three minutes away.
I now live in Central California near Fresno, one of the American cities with the highest rate of car theft and gang activity in the country.
Yesterday morning I forgot my computer cord with the charger at a local café, always bursting with activity.
I went back this morning and asked for it. Here was my Apple cord in the lost and found.
This is in Paris that burglars entered my apartment, not only once but three times. This is in Paris that a pickpocket successfully emitted the content of my purse. Still in Paris that several of my friends had their cars vandalized.
My parents, although aware of the higher American respect for private property, never fully let their guards down when they visited me. Even if I told them that nobody would rob my home while we went to the supermarket or that nobody would steal the postcards they sent to my sister. 
As I am preparing my summer trip to France, including a few days in Paris, I consider my luggage, wondering what purse is safer, what I should or not carry with me.
After all, one of my closest American friends is just back from Europe. Her iphone and camera have been stolen in Spain. In a café and at the airport. 
I am well aware that violence is brutal in the US compared to France and most of Europe. I am well aware that we have an American tragic love story with guns.
But when it comes to daily life, in twenty years spent in California, Massachusetts and Maine, and all over the country that I have crossed several times from the north and the south, I only got three pairs of glasses stolen. I should say that I forgot them in three different restrooms and never found them.
I’m telling you, even in Fresno, the forgotten California, the land of outlaws, life is sweet when you go home with your Apple charger left alone in a café for more than 24h.

Scène de Vie américaine

Je suis partiale quand il s’agit des Américains. Je sais. Parfois jusqu’à en perdre mon sens critique. Mais j’ai de bonnes raisons pour clamer « American people are just great. »
Hier j’ai écrit de 9h à 12h dans un de mes cafés favoris. Un des avantages du MacAir, mis à part son poids léger et sa petite taille qui me permettent de le glisser dans mon sac à main, c’est sa batterie qui dure, qui dure…Un peu comme la pub des piles Wonder.
Mais pour être certaine de pouvoir lire mon e-mail plus tard dans la journée, j’ai tout de même rechargé mon ordinateur avant de quitter le café.
Ce n’est que ce matin à 7h, avant de conduire mes enfants à l’école, que je me suis aperçue de la disparition de mon chargeur de batterie. Apple le facture comme si c’était du caviar, alors j’étais bien ennuyée.
En revivant mentalement ma journée (longue journée qui s’est terminée à 22h), je me suis dit que je l’avais forcément oublié au café. 
Vous avez déjà oublié quelque chose dans un café français ?
J’ai! Vous l’avez retrouvé? Moi, jamais.
Je ne vous raconte ni mes trois cambriolages dans trois appartements parisiens différents ni le vol du contenu de mon sac à main aux puces de Clignancourt.
Après avoir déposé mes enfants à l’école, j’ai filé au café. Le mêmegarçon se tenait derrière le comptoir. Il se souvenait m’avoir vue. Mais mon chargeur? Pas sûr.
Après une recherche infructueuse dans le panier objets trouvés, le manageur du café a été contacté et quelques secondes plus tard, je suis repartie avec mon câble caviar.
Presque 24 heures après! Pas mal! Je ne sais pas si un client l’a rapporté au comptoir ou si un employé l’a trouvé, mais je me suis sentie rassurée sur ce monde qui ne tourne pas toujours très rond. 
Et bien sûr, plus que jamais convaincue que ce genre d’histoire ne peut vraiment être que Made in America.

Un Rite de Passage Made in America

Un petit entr’aperçu sur un des rites de passage américains les plus importants.
Je sors de la ‘graduation’ de ma fille qui termine le lycée et l’événement est très similaire.
http://www.lemonde.fr/education/infographe/2012/05/29/la-ceremonie-de-l-annee-a-l-american-university-of-paris_1707154_1473685.html

American Graduation in Paris

An American rite of passage at the American University of Paris. 
Of course, the Théâtre du Châtelet is not a bad venue for such a symbolic tradition.
I have only attended High School graduations in the US, and although it is unknown in the lycées français and the universities alike, I am now looking forward to graduation ceremonies as they bring a closure to some of the most important years in life. 
 

Un Point C’est Tout

American punctuation plays tricks on me. I’m sure that French punctuation is a pain to any American who wants to write good French.
But maybe I’ll get better. I just read an article in the New York Times that seems written just for me. And for my foreign friends who want to write better English.
Curious, I visited the author’s website and blogs. Ben Yagoda is becoming a good friend of mine. At least, when it comes to punctuation. Un point c’est tout. 

http://opinionator.blogs.nytimes.com/2012/05/21/the-most-comma-mistakes/#more-128768

Sadie Hawkins Dance

Ce soir, mes deux lycéens vont à la dernière dance de l’année scolaire. Cette dance a une particularité, qui m’est familière maintenant, mais qui m’a étonnée il y a quelques années, lorsque mon ainée m’en a parlé.
Alors que François Hollande a rempli sa promesse avec la parité, donnant pour la première fois dans l’histoire d’un gouvernement français, un pouvoir égal aux femmes, la dance de ce soir me semble tomber à pic.
Aux Etats Unis, the Sadie Hawkins Danceest une fête de collège et lycée les filles invitent les garçons à les accompagner à la soirée et non l’inverse, qui reste de rigueur pour les autres évènements. Tout cela dans le but de donner plus de pouvoir aux filles.
Si vous lisez l’anglais, wikipedia a une entrée sur le sujet, et cela suffira à vous éclairer sur cette tradition très vivace encore dans les établissements scolaires américains.
Sadie Hawkins, ou Sadies comme on dit ici, a toujours un thème. La fille et le garçon s’habillent de façon similaire basée sur le thème de la soirée.
Pour mes deux lycéens ce soir ce sera Paradise. Tout ce qui est d’inspiration tropicale convient. Ici en Californie on est gâtés. Entre les palmiers, les piscines, et les décors Hawaïens, il y a de quoi faire.
Mon fils, l’éternel séducteur, est un peu embarrassé. Il a dit oui à l’invitation d’une copine de classe, mais aurait préféré aller avec une autre. Sa mère comprend son problème, mais lui a dit qu’un oui est un oui, et que cela ne se fait pas de laisser tomber une fille pour une autre quand on s’est engagé.
Quant à sa sœur, elle n’a pas pris de risque ; elle a invité son petit copain.

Novel in Verse

Based on my humble experience and opinion, poetry is the most difficult kind of writing for a non-native speaker.  Novels in verse, on the other hand, are the easiest to read since the pages aren’t intimidating. It doesn’t mean that they are easy to write. Of course not.
One of the best writers in this genre remains, again in my opinion, Margarita Engle. Her latest book Wild Dreams is a gem in the novel in verse’s category.
From Highlights Foundation: An Introduction to Novels in Verse



Gathering to learn the art of Novels in Verse
With masters of the genre

With space to write 

In an inspirational setting
We’ve saved a seat for you
Will you join us?
With intense emotional scenes, use of white space, and often-edgy content, verse novels are flying off the shelves and into the hands of both reluctant and voracious readers! Join celebrated verse novelists Linda Oatman High (Sister Slam and the Poetic Motormouth Road Trip and Planet Pregnancy); Sonya Sones (Stop Pretending and What My Mother Doesn’t Know); and Virginia Euwer Wolff (Make Lemonade Trilogy, including National Book Award-winning title True Believer) as they introduce you to this epic genre. For more information about this workshop (taking place near Honesdale, Pennsylvania), or to request an application, please visit our Web site, contact Jo Lloyd at 570-253-1192, or e-mail Jo.Lloyd@highlightsfoundation.org.


Spectacle Céleste

L’éclipse solaire est passée en Californie. J’avais prévu de trouver des lunettes spéciales pour observer l’anneau de feu, provoqué par la lune couvrant une partie du soleil, mais entre les récitals de musique de fin d’année et les événements célébrant ma fille qui termine ses années de lycée, j’ai oublié. 
Nous avons du nous contenter d’admirer un ciel sombre, précurseur d’un orage qui n’est pas arrivé. Il faisait nuit à 16h, et pour quarante minutes a peu près, le ciel a pris les couleurs d’un hématome qui vire du bleu au violet. Magnifique! Et puis le ciel bleu de Californie est revenu. 
Regardez ces images si vous n’avez pas eu la chance de voir l’éclipse. 


http://www.cnn.com/2012/05/20/tech/solar-eclipse/index.html

Celestial Spectacle

The annual solar eclipse came to California!
I had written the event on my calendar, but between high school graduation and end of the year music recitals, I just forgot.
My plan was to get solar filter glasses to see the glowing ring of fire. Since I didn’t have any, I urged my kids to only glance at the dark sky that fell on the foothills as suddenly as a summer storm. It lasted for about forty minutes and then the sky was blue again.
But some people were smarter and took amazing pictures. Watch this!

Good Bye Lycée !

Vendredi la classe de ma fille célébrait le premier jour des festivités qui accompagnent la fin de scolarité du secondaire aux USA.  Je devrais être rodée avec deux filles ainées qui sont déjà passées par là, mais je reste surprise par le décorum dont les américains sont si friands quand il s’agit de marquer les étapes importantes de la vie.
La vie de lycée ou de High School se termine en grande pompe aux US, avec d’abord une soirée appelée baccalaureate qui n’a rien à voir avec notre bac français. C’est un évènement qui reconnaît la fin des quatre années de lycée avec des discours de la part d’étudiants, du chef d’établissement, et d’un invité spécial ou keynote speaker.
Les discours des élèves sont spontanés pour la plupart et remplis d’anecdotes qui ont marqué la vie des lycéens pendant leurs quatre années passées ensemble.
Le chef d’établissement est un peu plus formel mais le ton reste un mélange équilibré entre humour et émotion.
Le keynote speaker se doit de présenter un discours qui met l’accent sur un épisode de sa vie qui l’aura amené à surmonter un obstacle qui va d’un handicap physique à l’alcoolisme, en passant par un accident qui entraine un changement de santé brutal ou la mort d’un être proche. En gros un discours qui inspire des élèves qui s’apprêtent à entrer à l’université et à passer de l’adolescence à la vie adulte.
L’évènement se termine avec la classe entière chantant l’alma mater de l’école.
Le lendemain les élèves se retrouvent pour la cérémonie de remise des diplômes.
Là encore, beaucoup de décorum amplifié par la présence chaleureuse et enthousiaste, parfois très bruyante, des familles et d’amis proches.
Après la cérémonie qui dure environ deux heures, les familles prennent des photos, offrent leurs remerciements aux enseignants de leurs enfants et parlent aux parents qui ont partagé ces quatre années si compétitives et épuisantes.
Un diner en famille ou entre amis précède la Sober Grad qui suivra de 22h à 5 h du matin dans un parc d’attractions local ouvert seulement aux élèves et à quelques adultes qui les encadreront pour la nuit.  Le but de la Sober Grad est d’offrir une fête  aux ados mais de faire en sorte qu’aucun alcool ne sera servi. L’âge légal pour boire aux USA est 21 ans et pas 16 !
Ma fille dort à poings fermés maintenant. Demain elle entame ses deux dernières semaines de classe. L’année scolaire se termine cette année le 1er juin. Très tôt ?
Ne pas oublier que la rentrée est mi-aout et que les écoles n’ont que dix jours de vacances pour les fêtes de fin d’année et une semaine au printemps. Notre calendrier n’étant pas calqué sur les fêtes catholiques, peu de jours fériés entre deux.
C’est avec un mélange de nostalgie et de fierté que j’ai admiré ma fille défiler avec ses camarades de classe hier après-midi. Elle a travaillé, elle s’est bien amusée, elle a ri et pleuré pendant ces quatre années, et je la sais prête pour les quatre premières années de college ou d’université comme on dit en France.
Suis-je prête? Elle va me manquer énormément comme ses sœurs m’ont manqué. Ma chance c’est d’avoir un petit dernier à la maison pendant deux ans encore.
Le temps de me préparer à dire une fois de plus Good Bye aux années de lycée. 

%d bloggers like this: